WATAU : un portail dédié aux cultures Wayana et Apalaï

Entre le 12 et le 24 janvier 2020, une exposition itinérante sur panneaux en wayana et français produite par le musée du quai Branly – Jacques Chirac en partenariat avec le musée des cultures guyanaises, présentera dans le Haut Maroni le projet SAWA et le portail watau.fr

Intitulée « Watau. Eitoponpë ehema, Wayana me, Apalai me eitop internet jau/Watau, les chemins de la mémoire, Un site internet pour les Wayana et Apalai », l’exposition est composée de 17 panneaux, répartis en trois sections qui présentent à la fois le projet SAWA et le portail, des objets des deux musées, et le grand rituel eputop (maraké en français).

Le commissariat est assuré par Mataliwa Kuliyaman, Tasikale Alupki, Ikale Asaukili, Pekijem Kulitaike, Yamo Kutaka, Akayuli Palanaiwa ; les conseillères scientifiques sont Fabienne de Pierrebourg (musée du quai Branly – Jacques Chirac) et Marie-Paule Jean-Louis.

Le projet SAWA, Savoirs autochtones wayana et apalaï (2016 – 2019) a été mené dans le cadre du Labex Les passés dans le présent. Il est conduit par le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (CNRS et Université Paris – Nanterre) et le musée du quai Branly – Jacques Chirac. Il a aussi bénéficié du concours de la Direction des affaires culturelles de Guyane, de la Collectivité territoriale de Guyane, de la délégation générale à la langue française et aux langues de France, du Ministère des Outre-mer, de « l’association pour le dialogue interculturel : recherche et action », et de l’association AGITWA.

Durant quatre ans, des représentants wayana et apalaï sont venus étudier les collections et les enregistrements de leur culture conservés respectivement au musée du quai Branly – Jacques Chirac, au musée des cultures guyanaises et au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Nanterre).

Ce projet voulu par les Wayana et Apalaï avait comme objectifs de connaître les objets et enregistrements collectés dans le passé et conservés à Paris, loin de chez eux, de trouver un outil à partir de ces connaissances du passé pour transmettre aux plus jeunes des savoirs qui sont en train de disparaître. Cet outil prend la forme d’un portail numérique, Watau, visible depuis ce mois-ci : www.watau.fr

Pour cela, une méthodologie spécifique a été établie en respectant pensées et langues wayana et apalaï. Chaque étape a fait émerger des questionnements sur un ensemble de sujets : métalangage informatique qu’il a fallu traduire dans les deux langues, faisant naître de nouveaux mots, classification des collections en fonction des catégories propres aux wayana et apalaï, traduction des appellations des objets de musées, choix visuels des pages du portail répondant aux codes esthétiques du Haut Maroni, ergonomie et appropriation du portail par les Wayana et Apalaï.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *