Le Palmarès du Festival International du Film des Bahamas (BIIF) 2010

G. Smith

Avec plus d’une cinquantaine de films inscrits et 17 pays présents le BIFF a connu un nouveau succès pour sa septième édition, qui s’est achevée le 5 décembre dernier avec la projection du film de clôture The King’s Speech de  Tom Hooper. Le festival a également été l’occasion de montrer la Caraïbe et son environnement comme l’une des vitrines du cinéma mondial.

En dehors des prix spéciaux le festival a permis à plusieurs réalisateurs de se distinguer :
Dans la catégorie Spirit of Freedom (fiction)
The Athlete – (Ethiopie) – écrit, réalisé et produit par Davey Frankel et Rasselas Lakew.

The Athlete (Athetu) En courant dans les rues de Rome en 1960, un éthiopien inconnu, l’homme aux pieds nus, va stupéfier le monde en remportant l’or olympique du marathon. Du jour au lendemain, Abebe Bikila devient une légende du sport, un héros dans son pays et dans toute l’Afrique. Bikila a ainsi été le premier africain à remporter une médaille d’or, puis quatre ans plus tard, à Tokyo, la première personne de l’histoire à remporter deux médailles d’or olympiques consécutives dans cette discipline qu’est le marathon. Ce soldat

"The Athlète" récompensé

et fils de berger est considéré par beaucoup comme le plus grand coureur sur longue distance de tous les temps. Mais l’histoire de sa vie n’a pas commencé avec ces médailles olympiques…

Dans la catégorie Spirit of Freedom (documentaire)
Budrus (Israël/États-Unis) – écrit, réalisé et produit par Julia Bacha

Budrus suit le parcours d’un leader Palestinien (Ayed Morrar) qui, avec la collaboration d’activistes Israéliens, rassemble toutes les factions politiques de sa communauté pour s’opposer de façon non-violente à la construction de la barrière de sécurité qui menace de détruire son village. Son projet ne semble pas avoir de chances de réussir jusqu’à ce que sa fille, âgée de 15 ans, Iltezam, organise un contingent de femmes qui se place en première ligne de cet affrontement. Le père et sa fille ont ainsi créé un mouvement de résistance, basé sur la non-violence, qui continue aujourd’hui à se propager dans la région.

Dans la catégorie New Visions films
Hello lonesome (États-Unis) – écrit, réalisé et produit par Adam Reid
Hello lonesome
:
Avec un mélange enchanteur de rire et de nostalgie, ce film dépeint les univers de six personnages imparfaits et attachants qui explorent le désir séculaire de l’homme : aimer et être aimé…

Dans la catégorie court-métrage
Contact zone (Bahamas) – écrit et réalisé par Gustavius Smith

Contact zone : Au cours d’une réception d’ouverture à une galerie d’art à New York, un conservateur et un concierge s’envoient en l’air l’espace d’une nuit. Même s’ils travaillent ensemble, le conservateur ne reconnaît le concierge que le lendemain matin au travail.

Le prix du public est allé à deux réalisations : The Athlete et Cats bouncing, un documentaire américano-ougandais de Nabil Elderkin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *