Prix Océans du court métrage : 3e édition

La troisième édition du Prix Océans du court métrage de France Ô est lancée, avec toujours pour objectif de récompenser un « scénario de langue française ayant une thématique ultramarine ».

Le Prix Océans du court métrage, qui devra récompenser un troisième lauréat depuis sa création après Myriam Gharbi et Nicolas Polixène, a été créé en mai 2012 par France Ô, en collaboration avec la Quinzaine des réalisateurs, festival indépendant qui se déroule conjointement au Festival de Cannes et qui accueille la diffusion du film lauréat.

France Ô donne l’opportunité à des réalisateurs de monter un projet de court-métrage, ayant pour cadre l’outre-mer.

Un jury de professionnels, présidé par Lucien Jean-Baptiste, sélectionnera le meilleur scénario qui se verra récompensé d’un financement de 30 000 euros, pour réaliser son court métrage. Le film lauréat sera diffusé lors de la soirée de clôture de La Quinzaine des réalisateurs 2016, à Cannes.

Rêver, écrire, filmer l’outre-mer : les projets sont attendus jusqu’au 31 décembre 2014 à l’adresse courtsoceans@francetv.fr

Nicolas Polixène, lauréat de la 2e édition
C’est d’abord Myriam Gharbi qui fut récompensée pour 4 avril 1968, un conte écologique tourné en Guadeloupe. Ce film initiatique dans lequel on retrouve notamment trois personnages : Sabine, Akim et Annabelle, porte une dimension politique. Sélectionné au festival du film de Chelsea (États-Unis), ce court métrage est l’histoire de « la jeune Sabine vit chez sa tante dans la campagne guadeloupéenne. Lorsqu’elle part de chez elle avec sa belle robe et ses cheveux fraîchement nattés, elle ne se doute pas que ce 4 avril 1968 elle n’ira pas à l’école… ».

Dans un autre univers, Nicolas Polixène, qui recevait son prix le samedi 24 mai 2014 pour le scénario de Papé, explore le domaine de la transmission des savoirs et évoque l’histoire d’un homme « pêcheur de père en fils, Papé est un vieil homme malade qui lutte pour sauver l’entreprise familiale. Attaché à de nombreuses valeurs et à la préservation des traditions, il tente chaque jour d’honorer la mémoire de sa femme et celle de son illustre père. En froid avec son fils, il aimerait que celui-ci prenne sa relève. »

Le Prix Océans du court métrage, avec l’appui de la Quinzaine des réalisateurs qui s’applique à faire « découvrir les films de jeunes auteurs… et propose des longs et courts métrages de fiction et des documentaires » offre une belle vitrine aux lauréats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *