Beautiful, le nouveau film de Pélagie Serge Poyotte

Un an après Ma déclaration d’amour (un petit conte créole), qui a notamment remporté le prix du court métrage de fiction au festival Songe d’une nuit DV à Paris en 2009 et celui du court métrage jeunesse du Fifai(1) à la Réunion en octobre dernier, Pélagie Serge Poyotte revient avec un nouveau moyen métrage, Beautiful. Le film a déjà été présenté en Guyane.
Pour en savoir plus, découvrez l’interview de Pélagie Serge Poyotte.

Cinq ans après Bon na rien, le réalisateur et scénariste guyanais  nous présente une « histoire d’amour racontée à la manière d’un conte » et invite dans son film le plus illustre conteur et poète guyanais, Léon Gontran Damas, chantre de la Négritude et ses Veillées noires(2). Dans ce film, on découvre à la fois une évocation originale de l’amitié et une forme de découverte initiatique qui pourrait caractériser bon nombre de jeunes en Guyane et ailleurs dans la Caraïbe.

Si Ricky Tribord (Sizo) et Camille Bessière-Mithra (Manuel) occupent les rôles principaux de cette production, on y retrouve d’autres personnalités du cinéma et de la scène comme Greg Germain, Ewlyne Guillaume et Serge Abatucci (les deux directeurs artistiques de la compagnie KS & CO).

Sizo, Manuel, Lydie et… Léon Gontran Damas
Manuel fait la connaissance de Lydie, une jeune femme mystérieuse et très séduisante. Avec l’aide de son ami Sizo, originaire de Georgetown et admirateur du poète de la Négritude, Léon Gontran Damas, Manuel est bien décidé à revoir Lydie qui vit à Saint-Laurent du Maroni. Seulement voilà, sur la route en direction de Saint-Laurent, les deux amis font des rencontres étranges qui vont à jamais changer leur perception de la vie…

Sizo est un jeune homme originaire du Guyana mais qui a grandi en Guyane française. Il fait partie de ces nombreux immigrés d’Amérique du Sud qui se sont intégrés dans la société guyanaise française. Il est donc à la fois anglophone, créolophone et francophone. C’est un personnage intéressant parce que son phrasé mêle les trois cultures. C’est un phrasé tout à fait naturel en Guyane française car ce département contient en lui une grande diversité de langues et de peuples.

Manuel représente l’archétype du créole qui n’en a cure de sa culture littéraire et politique, comme je l’ai été durant une longue période de ma vie. Manuel rejette l’héritage de la Négritude, il en fait un déni, car pour lui ce n’est pas très moderne. Et c’est le personnage de Lydie (une admiratrice de Damas également) qui, au bout du compte, changera la perception que Manuel porte sur cet héritage. En tombant amoureux de Lydie, il va travailler sans le savoir contre l’oubli.

(1) : Festival international du film d’Afrique et des îles
(2) : Veillées noires, Contes Nègres de Guyane, Stock, 1943

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *