Images des outre-mer à la Cinémathèque française du 14 au 31 décembre 2011

Dans le cadre de l’année des outre-mers, la Cinémathèque française propose un cycle « Image des Outre-mer » du 14 au 31 décembre 2011. Un événement qui mettra en avant les courts, moyens et longs métrages qui mettent en lumière les réalités et la création cinématographique de ces régions. L’occasion de poser un regard sur la vivacité d’un genre artistique qui a révélé des réalisateurs et des acteurs tels Euzhan Palcy, Guy Deslauriers, Jean-Claude Barny, Véronique Kanor, Ricky Tribord ou encore Stomy Bugsy. Un arrêt sur les images d’outre-mer qui non seulement s’organisera autour de nombreuses projections mais prévoit également des rencontres avec les cinéastes, une journée réservée aux courts métrages et enfin une programmation spécifique dédiée aux jeunes publics des outre-mer. 25 séances sont au programme.

Le cinéma d’outre-mer s’est dévoilé d’année en année avec des moments forts comme ceux vécus par Euzhan Palcy, quand son film Rue Cases-Nègres obtint le César de la meilleure première œuvre et Darling Légitimus le Lion d’argent à la Mostra de Venise, ou encore avec les rôles remarqués d’Alex Descas dans S’en fout la mort de Claire Denis ou dans Lumumba, retour au Congo de Raoul Peck. Plusieurs jeunes réalisateurs ont suivi l’un des précurseurs Christian Lara et offrent au cinéma français ces images, ces récits et ces émotions qui font le cinéma d’outre-mer d’aujourd’hui, celui qui s’aventure dans les espaces guyanais, dépeint les Martiniquais qui contribuent à fonder l’identité caribéenne ou ce cinéma qui assume sa différence à travers ses imaginaires et son esthétique. Selon Daniel Maximin, commissaire de l’année des outre-mers, « les cinéastes des outre-mers manifestent à la fois la prise en charge vitale de leur patrimoine et de leur histoire, et tout autant leur capacité de s’ouvrir aux techniques et aux pratiques les plus nouvelles qui s’offrent à leurs aspirations éthiques et esthétiques, illustrant aujourd’hui comme hier la nécessaire tradition en outre-mer d’ouverture à toute modernité ».

Rue Case Nègres
Rue Case Nègres

Images des outre-mer et des courts métrages
Dès le mercredi 14 décembre à 20 h, la Cinémathèque ouvrira ce cycle par la rétrospective « Images des outre-mer », avec le film de Constant Gros-Dubois Ô Madiana (mai 1979) qui aborde la question de l’identité antillaise à travers la vie d’une famille en France. Suivront une série de films mettant en avant les personnalités, les cultures et les réalités d’outre-mer : Césaire, Aliker, Jean Galmot, l’orpaillage, la Soufrière, etc.  Plusieurs, de ces projections se feront en présence des réalisateurs ou des comédiens comme Guy Deslauriers (Aliker), Cesar Paes (Le bouillon d’awara), Constant Gros-Dubois (Ô Madiana), Firmine Richard (La première étoile), etc.

Tout le programme est disponible sur cinematheque.fr et sera complété par celui des courts métrages des outre-mer qui s’inscrit dans le cadre du Jour le plus court, le 21 décembre 2011, date à laquelle le court métrage est à la fête dans toute la France. Une dizaine de films de jeunes cinéastes seront à l’affiche à cette date, à travers trois programmes, parmi lesquels La noiraude de Fabienne et Véronique Kanor. la journée du 28 décembre sera également consacrée aux courts métrages.

« Une lucarne sera ouverte sur la cinématographie des îles d’outre-mer avec une séance spéciale, toute en musique, le dimanche 18 décembre ». La Cinémathèque française prévoit une séance festive avec pour objectif de faire découvrir aux jeunes publics le gwoka. Pour rythmer cette séance spéciale, les organisateurs ont choisi Siméon, le film d’Euzhan Palcy sorti en 1992 et dans lequel on retrouve notamment Jacob Desvarieux et Jocelyne Beroard, deux des membres du groupe Kassav’.

Tables rondes sur les cinémas des outre-mer
Les enjeux historiques et actuels des cinémas des outre-mer feront l’objet d’un débat le samedi 17 décembre à partir de 14 h. Deux tables rondes précédées d’un programme de films courts aborderont l’évolution de ce cinéma et verront la participation de professionnels : « Cinémas des outre-mer (Caraïbes, Océan Indien, Pacifique) : images de l’histoire, histoire de l’image ? » et « Tourner en outre-mer : comment, pourquoi ? » Journalistes, comédiens et universitaires prendront part aux échanges sur ces questionnements.

La Cinémathèque française
Musée du cinéma
51 rue de Bercy, 75012 Paris
Informations 01 71 19 33 33

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *