La fête du court-métrage sur France Ô le 21 décembre 2013

Le 21 décembre, le court-métrage se fête aussi sur l’antenne de France Ô, avec une programmation spécifique à partir de 23 h.

Juan Massenya
Juan Massenya

France Télévisions participe à la grande fête du court métrage en invitant les téléspectateurs de France Ô à découvrir plusieurs réalisations le samedi 21 décembre, jour le plus court. Aux commandes de ce programme, Juan Massenya, qui sera pour l’occasion accompagné de deux acteurs : Lucien Jean-Baptiste et Édouard Montoute qui proposeront « de pétillants films courts, pour la plupart inédits, mêlant l’outre-mer et les cultures urbaines ». Comme les réalisations de Fabienne et Véronique Kanor, dont le film, La Noiraude ouvrira cette soirée. Dans ce premier film, comme dans Le Blues du Maskilili de Marc Barrat qui suivra, on retrouvera Édouard Montoute.

« Une sélection de courts-métrages métissés, ouverts sur le monde, et dont la diversité s’exerce autant sur la forme que sur le fond. La première partie de l’émission est consacrée à l’outre-mer, la seconde aux formats courts urbains. Sur son plateau, Juan Massenya reçoit l’acteur Édouard Montoute, présent dans deux des courts métrages diffusés (La Noiraude et Le Blues du Maskilili), et Lucien Jean-Baptiste, acteur, réalisateur, mais aussi président du jury du prix Océan du court-métrage initié par France Ô en 2013 et attribué pour la première édition à Myriam Gharbi pour le scénario : 4 avril 1968, 18 h 01. »

Six courts-métrages se succéderont : La Noiraude (de Fabienne et Véronique Kanor) qui relate l’histoire de Marlène d’origine guadeloupéenne qui souhaite récupérer son homme ; Le Blues du Maskilili (de Marc Barrat) dans lequel Édouard part en Guyane à la recherche de ses racines ; Kill the roach (de Paul Beletre, Doy Ellia) qui a reçu le coup de cœur du jury à l’Urban films festival en 2012 ; 505g de Jeremy Azencott également primé en 2012. Et si… le verlan n’existait pas et Fais croquer, sont les deux autres films qui clôtureront cette soirée consacrée au court-métrages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *