« Sauvage » et « Kalinagos », deux documentaires à voir sur la chaîne Histoire le 5 mai

Le mythe du « bon sauvage » et le phénomène d’acculturation des populations seront abordés dans deux documentaires diffusés le samedi 5 mai 2012 sur la chaîne Histoire.

Sauvage, 10 h
Faire connaissance avec le « bon sauvage » au fil d’une balade en Normandie ? C’est cette rencontre a priori improbable que propose ce film, au gré d’une promenade où la curiosité n’est souvent qu’une manière de prendre le temps de regarder. Et de trouver quelle histoire racontent ces lieux, ces rues, ces statues, ces bas-reliefs, fréquentés, modelés par les mêmes hommes au même moment. Ce documentaire prend appui sur le réel tangible pour esquisser le portrait d’un être imaginaire : le bon sauvage, qui a connu une belle carrière dans la mythologie européenne depuis trois siècles. Un être aux contours assez flous aujourd’hui, que chacun redessine selon sa sensibilité. C’est le propre d’un mythe, cette faculté d’accueil. Mais d’où vient-il ? De quelle réalité, par quelles étapes s’est-il forgé ? Ce film propose de revenir aux premiers regards que portèrent les Européens sur ceux qui n’étaient encore que des sauvages, puis de suivre la piste des images qui va de la reconnaissance ouverte… jusqu’au seuil d’un mythe !

Kalinagos, 11 h
Kalinagos, un nom longtemps oublié… recouvert par un autre, à l’étymologie incertaine: Caraïbes. Les Européens désignèrent ainsi, pendant plusieurs siècles, les populations indigènes de toutes les Antilles. Pourtant, de Cuba au nord à Saint-Vincent au sud, ces peuples présentaient des cultures différentes, tout comme les Européens qui les envahirent aux XVIe et XVIIe siècles. Dans les Petites Antilles, les îles du sud (Guadeloupe, Martinique, etc.) où les Français s’installèrent, vivaient les Kalinagos. Ce film s’efforce de dérouler le fil de cette rencontre sur plus d’un siècle, jusqu’à la disparition de la culture kalina, jusqu’à l’oubli… avant qu’une identité antillaise propre, en construction depuis quelques années, ne ravive cette mémoire terriblement lacunaire !
Lieux, matériel archéologique, récits retrouvés permettent au moins d’en tracer les contours.

Sauvage
Samedi 5 mai, 10 h

Kalinagos
Samedi 5 mai, 11 h

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *