« Cahier d’un retour au pays natal » en Guyane

Cahier d’un retour au pays natal et Jacques Martial, c’est une histoire commencée il y a des années comme pour tous ceux qui découvrent la littérature d’Aimé Césaire. Le comédien s’arrête en Guyane pour deux représentations dans l’Ouest guyanais, les 12 et 15 octobre 2013.

Jacques Martial © James Hercule
Jacques Martial © James Hercule

L’un des moments forts de la rencontre entre le comédien et le poète pourrait dater de 2003, année du 90e anniversaire de l’auteur, quand le comédien décide de mettre en scène et d’interpréter ce texte fondateur. Jouée un peu partout dans le monde, la pièce est présentée par la compagnie de la Comédie Noire, structure qu’il a lui-même créée en 2000 d’abord pour rétorquer à l’absence comédiens Noirs à la Comédie-Française. La compagnie prolonge l’ambition de Jacques Martial de « mieux défendre les auteurs de la négritude, comme Aimé Césaire » (Evène), elle tente aussi « de favoriser la représentation des personnes issues des minorités visibles dans les métiers du spectacle. Pour ce faire, elle développe et réunit les moyens permettant la création, la production, la promotion et la diffusion d’événements culturels, notamment de spectacles de théâtre et de cinéma ».

En 2013, année du centenaire de Césaire, la pièce poursuit son parcours avec ce mois-ci deux représentations : le samedi 12 octobre à Saint-Laurent et mardi 15 octobre à Mana. Depuis 2003, Jacques Martial porte le texte, il s’en habille, le délivrant avec force et conviction, le tout dans un ensemble qui a été régulièrement salué par la critique.

Cahier d’un retour au pays natal
« Voyage dans le temps et dans l’espace, le spectacle met en scène un noir, un homme, l’homme, en fracture de lui-même, exilé dans la solitude de son être, aux portes du hurlement irréversible, qui effectue la traversée du retour à son pays natal, c’est-à-dire à son humanité… La langue d’Aimé Césaire demande à être dite autant qu’elle est faite pour être entendue. Une poésie vivante, riche, luxuriante et tout à la fois précise, tranchante, même quand elle joue à nous surprendre par l’inventivité de sa musique. Car ici, l’inventeur est clairement un génie. Cahier d’un Retour au Pays Natal est marqué du sceau de son impatience de jeune homme de 25 ans, de sa révolte devant les coltis infranchissables du préjugé et de la sottise, devant la violence, celle que subissent à cette époque non seulement les peuples noirs mais tous les peuples dominés, reniés dans leur humanité, un homme-juif, un homme-cafre, un homme-hindou-de-Calcutta, un homme-de-Harlem-qui-ne-vote-pas et dont il dénonce l’asservissement.

1939, Aimé Césaire sait-il à quel point il est en train de poser pour les générations à venir les termes d’une nouvelle fraternité toujours à refaire ? »

Cahier d’un retour au pays natal
Samedi 12 octobre, 20 h – Case théâtre n°8, Saint-Laurent du Maroni
Lundi 14 octobre, 10 h, pour les scolaires – Case théâtre n°8, Saint-Laurent du Maroni
Mardi 15 octobre, 20 h – Salle polyvalente, Mana
Mercredi 16 octobre, 10 h, pour les scolaires – Salle polyvalente, Mana

Équipe
Assistant à la mise en scène : Tim Greacen
Scénographie : Pierre Attrait
Créations lumières : Jean-Claude Myrtil
Créations d’accessoires : Martine Feraud
Peinture : Jérôme Boutterin
Régisseur : Jean-Marc Feniou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *