« En marge du cahier », pièce inspirée du « Chemin d’école » de Patrick Chamoiseau, à la Cartoucherie du 23 au 28 avril 2013

La compagnie Car’avan, Jean l’Océan en tête, sera à la Cartoucherie de Paris au Théâtre de l’Épée de Bois avec « En marge du cahier » à partir du 23 avril prochain.

La pièce mise en scène par Laurence Couzinet-Letchimy s’est arrêtée en juillet 2012 au festival de Fort-de-France et a compté parmi ses spectateurs Patrick Chamoiseau qui a « découvert ce travail… au théâtre Aimé Césaire et a depuis… signifié clairement son soutien » indique la compagnie dont le spectacle faisait déjà escale à Paris en mai 2012. La tournée se poursuit donc après une programmation au théâtre des Vents d’Avignon en début du mois.

En marge du cahier
En marge du cahier

À la Martinique, dans les années 1960 ; ayant abandonné son activité de suceur de tétée, le négrillon, lancé dans l’infini de sa maison, en a bien vite exploré toutes les ressources. Bientôt, l’enfant se met à buter contre une unique obsession : aller ! Alors chaque matin, cet obscur conquistador, avide de découvertes, réclame l’école. Réclamer est un mot-limaçe, disons plutôt qu’il tourmente l’existence de Man Ninotte, sa maman.

Quand enfin, elle lui annonce qu’il ira lui aussi à l’école dès demain-bon-matin, le négrillon reste bec cloué de surprise ! Tout excité, il est loin de se douter de ce qui l’attend…

À propos de la pièce
Les ti-marmailles, conquistadors à l’assaut de leur imagination, tout à l’émerveille de vivre, assoiffés de découvrir, d’apprendre et de communiquer se
retrouvent sur les bancs de l’école coloniale française. On est en Martinique, dans les années 1960.

Le maître d’école est raide-piquet dans son déni du créole qu’il abjecte convaincu que l’émancipation des siens passe par la négation de leur langue et de leur culture. Son lyrisme ne sert qu’une seule mission: enseigner, voire imposer de gré ou de force, la langue et la culture françaises dominantes.

Gros-Lombric, petit-bougre bleuté, est l’un de ses petits élèves. Petit génie en calcul, il est pourtant vite voué à l’échec. Irrémédiablement incompris, humilié et exclu par le maître qui le rembarre dans les confins de son irréductible « languemanman » et ses origines africaines, Gros-Lombric vise vite d’autres horizons et patiente sur son banc d’écolier aux côtés du Négrillon.

Le Négrillon, lui, est presque devenu muet, bâillonné par cette hargne à l’encontre de ce qui fait sa vie mais Man Ninotte, sa mère, ne supporte pas que l’on conteste l’école. Avec toute son énergie de femme pauvre et illettrée, elle accompagne, surveille, encourage, traque la moindre défaillance de ses enfants…

En marge du cahier
d’après Chemin d’école de Patrick Chamoiseau
Du 23 au 28 avril 2013
Du mardi au samedi à 20 h 30
Dimanche à 16 h

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *