Joby Bernabé joue « Le Morne était le Monde »

La saison culturelle 2014 du Domaine de Fonds Saint-Jacques se poursuit avec un récit poético-musical joué par le poète et comédien Joby Bernabé, Le Morne était le Monde, à voir en famille le samedi 8 novembre à 19 h sur la scène de la Purgerie. Un premier rendez-vous est fixé au CMAC le jeudi 6 novembre.

Le Morne était le Monde, une pièce créée autour de la figure de Joby Bernabé, est le fruit d’un travail commun entre des artistes d’horizons différents : le poète martiniquais en premier lieu et Nicolas Bonneau, Sébastien Bertrand et Gaël Desbois qui ont mis en commun pour les uns les mots et pour les autres la création musicale. Projet final, un récit poético-musical présenté cette semaine à Fort-de-France et à Sainte-Marie en Martinique, d’abord au CMAC, puis au Domaine de Fonds Saint-Jacques.

Cette pièce met en scène Joby Bernabé dont la voix et les mots captivent depuis puis de 30 ans les publics de tous âges. Dans ce nouveau projet, il s’agissait pour les initiateurs institutionnels de « promouvoir la diversité de la création artistique de la Martinique, provoquer des rencontres entre artistes martiniquais et métropolitains, emprunter de nouveaux chemins, dépasser les frontières. »

Poète, acteur, précurseur du slam, gardien de la langue créole, artiste œuvrant entre spoken word et tradition orale martiniquaise, définissent le parcours et l’engagement de Joby Bernabé qui occupe la scène depuis les années 80 en Martinique et ailleurs. Avec l’album S’lame de fond sorti en 2013 et aujourd’hui Le Morne était le Monde, sa voix se fait toujours entendre à travers cette pièce pour laquelle il y a une ambition première : « j’ai appris, chemin chantant, que tous les hommes se ressemblent. Il n’y a plus d’île, plus de mer à traverser, ni étranger, ni singulier. Nulle frontière à ma présence au monde. »

Le spectacle…
Deux artistes au service d’un autre pour mettre son œuvre en valeur… Singulier postulat de départ pour cette création autour du poète et diseur de mots martiniquais, Joby Bernabé. Nicolas Bonneau, pour la part des mots et de la parole, et Sébastien Bertrand, pour la partie musicale et sonore.

Le morne était le monde est le fruit d’une co-écriture de Nicolas Bonneau et Joby Bernabé, incluant également des extraits poétiques de l’œuvre de ce dernier, toujours avec la complicité musicale et sonore de Sébastien Bertrand.

Le morne, c’est la colline ou la montagne en créole. Un aller-retour entre le morne et le monde.

D’un côté, l’intime, la Martinique, le créole, la négritude, la famille, les histoires du pays… De l’autre, les voyages, la métropole, l’Afrique, les événements de 68, le théâtre des années 70, le retour au pays natal, et l’engagement artistique. Un cercle qui ramène toujours à l’essentiel, comme le manège du chouval bwa, symbole de la vie qui tourne en dépit des vents contraires.

Entre récit de vie, autobiographie fantasmée, poésie et musique, Le morne était le monde est le fruit de ces différentes rencontres.

Le Morne était le Monde, avec Joby Bernabé
Jeudi 6 novembre, 20 h, salle Frantz Fanon – CMAC
Samedi 8 novembre, 19 h, la Purgerie – Domaine de Fonds Saint-Jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *