L’esclave vieil homme et le molosse jusqu’au 31 décembre 2011 au Théâtre Darius-Milhaud à Paris

Gislaine Raphose et Florence Gaillard ont adapté le livre de Patrick Chamoiseau L’Esclave vieil homme et le molosse. Leur pièce, qui se joue jusqu’au 31 décembre 2011 au Théâtre Darius-Milhaud à Paris, replonge les spectateurs dans la période de l’esclavage et le drame des plantations de canne à sucre en Martinique.

Dans L’Esclave vieil homme et le molosse, Patrick Chamoiseau entraîne son lecteur dans un environnement étrange, à l’atmosphère épique. L’histoire très plausible du vieil homme esclave poursuivi par le maître propriétaire de l’exploitation, un récit chargé de symboles, est la base d’une pièce dans laquelle on retrouve le comédien martiniquais Alain Azerot et Norbert Nobour pour l’accompagnement musical.

« Du temps de l’esclavage dans les isles-à-sucre, il y eut un vieux-nègre sans histoires ni gros-saut, ni manières à spectacle. Il était amateur de silence, goûteur de solitude. C’était un minéral de patiences immobiles. Un inépuisable bambou. On le disait rugueux telle une terre du Sud ou comme l’écorce d’un arbre qui a passé mille ans. Pourtant, la Parole laisse entendre qu’il s’enflamma soudain d’un bel boucan de vie. Ainsi m’est parvenue l’histoire de cet esclave vieil homme, de son Maître-béké et du molosse qu’on lança à ses trousses… », raconte le livre de Patrick Chamoiseau que Gislaine Raphose a choisi de présenter au public. Elle a mis à profit une « connaissance du créole et de la littérature antillaise » qui l’ont « tout naturellement amenée à la décision de monter ce spectacle » en collaboration avec Florence Gaillard pour la scénographie.

Au moment où il sent sa mort approcher, un vieil esclave s’enfuit d’une plantation. Le chien mercenaire du maître est lancé à sa poursuite… C’est une course folle guidée par un désir intense de liberté et submergée par la lancinance des souvenirs et des blessures. Ce texte d’une écriture haletante, riche et puissante, mêle avec ferveur hallucinations et odeurs, épouvante et instinct de survie, mythes fondateurs et folie végétale. C’est aussi, dans cette cavale effrénée au plus profond de la forêt, l’occasion « d’exorciser les maléfices du passé esclavagiste et de remonter à la source de l’identité caribéenne ».

L’esclave vieil homme et le molosse
Théâtre Darius Milhaud, 80 Allée Darius Milhaud – 75019 Paris (à l’angle de la rue Petit et de la rue Manin )
Réservations : 01 42 01 92 26

Auteur : Patrick Chamoiseau
Adaptation: Gislaine Raphose et Florence Gaillard
Mise en scène : Florence Gaillard
avec Alain Azerot (comédien) et Norbert Nobour (accompagnement musical)
Scénographie : Florence Gaillard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *