Misik a peyi la, le 15 octobre 2010 sur la Scène Bastille

Mario Canonge, Tony Chasseur, Thierry Fanfant et Arnaud Dolmen lancent une invitation peu commune : offrir un bel éventail de Misik a peyi la aux spectateurs, histoire goûter aux registres des classiques de la musique antillaise. Ils pourront en prime agir, par leur vote, sur la programmation de la soirée. Rendez-vous le 15 octobre, à partir de 19 h 30, sur la Scène Bastille.

Misik a peyi la s’appuie sur une idée originale qui propose au public de sélectionner les airs qu’il pourra retrouver dans la programmation de ce concert, en votant en ligne sur www.misikapeyila.com. Mario Canonge, Tony Chasseur, Thierry Fanfant et Arnaud Dolmen, sont des artistes toujours associés au paysage culturel caribéen contemporain et qui ont régulièrement fait le lien, dans leur évolution artistique, avec la musique traditionnelle antillaise.

Un registre et une musique riches de rythmes
Les quatre musiciens évolueront dans un répertoire très varié, proposant un registre et une musique riches de rythmes avec des titres comme La Filo, Gran tomobil, Amélia, Nathalie ou encore Help me baby, survolant ainsi le parcours de formations et d’artistes emblématiques tels que Malavoi, Marius Cultier ou encore La Perfecta. De précédentes collaborations ont déjà permis des rapprochements et des participations actives dans ce répertoire. Les retrouver sur scène donnera l’occasion de les redécouvrir. Ce sera le cas ce mois-ci au Baiser Salé, à Paris.

Des musiciens reconnus

Tony Chasseur reste bien présent dans l’espace artistique depuis les années 80, à travers ses créations et ses prestations scéniques, avec sa voix hors du commun qui lui permet d’aborder des titres très divers et donnent à ses interprétations des titres classiques une tonalité empreinte de modernité et de tradition. Le parcours unique du chanteur a, depuis les premières apparitions en piano-bars, jusqu’au Big band de Mizikopéyi en passant par Sakiyo, séduit bien des publics dans la Caraïbe et ailleurs dans le monde lui conférant une place essentielle dans le maintien et le développement des rythmes populaires de la Martinique (biguine, zouk,etc.). Mais ses choix artistiques et ses albums apportent régulièrement de la nouveauté comme ce fut le cas avec Sakiyo, l’un des groupes dont faisait partie Tony Chasseur en 1988, avec entre autres complices Mario Canonge. Aux côtés de trois autres musiciens, ils donneront au zouk le coup de fouet qui s’imposait avec le titre Bisou sucré qui sera le grand succès du groupe. Titre qui d’ailleurs pourrait récolter les voix des internautes sur le site dédié à l’événement. La carrière solo de Mario Canonge s’avère, de même que celle de ses acolytes, riche de rencontres. Sa musique fait également des incursions créatives dans le patrimoine martiniquais qui, associée à son brio de pianiste à l’aise dans des styles différents, ramène avec plaisir à des mélodies authentiquement métissées. On découvre d’ailleurs cet univers à travers ses albums : Rhizome (2004), Retour aux sources (1992),  Chawa (1998) ou encore Trait d’union (1993) sur lequel on retrouve Thierry Fanfant (avec le groupe Kann) qui sera également de la partie le 15 octobre prochain.

Thierry Fanfant, est le musicien omniprésent dans l’univers artistique de la musique caribéenne qui a travaillé avec Dédé Saint-Prix, Ralph Tamar, Édith Lefel, Beetova Obas, Henri Guédon, Jacques Schwarz-Bart, etc. Il est dans le même temps un bassiste de renommée internationale et, de fait, ne peut être catalogué dans un registre restreint. Il œuvre d’ailleurs sur les albums d’artistes comme d’Angélique Kidjo, Laurent Voulzy, Carlos Santana… Du zouk à la salsa, du reggae au Chouval bwa de la musique traditionnelle antillaise à la mazurka, Thierry Fanfant sur scène ou en studio enchaîne les prestations originales comme lorsqu’il lui arrive de prendre la guitare, de se mettre aux percussions où de donner de la voix.

Arnaud Dolmen est lui aussi un allié pour les musiciens martiniquais et guadeloupéens. Le 15 octobre, il retrouvera d’ailleurs des musiciens avec qui il a déjà travaillé. Sa passion pour la musique et son talent de batteur se concrétise avec le Ka à l’Ecole Marcel Lolia dirigé par Georges Troupé, en Guadeloupe. Il poursuivra par la suite sa carrière avec Sonny Troupé (fils de Georges Troupé) et trouve de fait sa place dans le Kimbol Group. Originaire de la Guadeloupe, Arnaud Dolmen s’exprime dans bien des genres : le Ka Fusion, le zouk, etc. Membre du Free Du Hazard Trio (avec Thibaud Dufoy et Elvin Bironien), formation définie comme appartenant à la mouvance new jazz, il sillonne les festivals et multiplie les scènes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *