Monsieur, Blanchette et le loup s’installent sur la scène du Tarmac à Paris

Monsieur, Blanchette et le loup seront sur la scène du Tarmac avec une pièce de José Pliya à Paris, du 5 mars au 8 mars 2014.

« José Pliya offre une relecture très personnelle du conte d’Alphonse Daudet » à un public familial, et notamment aux enfants. Le metteur en scène basé en Guadeloupe s’adresse une nouvelle fois aux plus jeunes qui constituent un public vrai et privilégié, après un premier déclic datant de 2009. « Je n’avais jamais écrit pour le théâtre jeune public. La rencontre avec le spectacle Le Petit Chaperon rouge de Pommerat a été un déclencheur : il me fallait adapter un conte de mon enfance qui m’avait touché et qui pourrait résonner encore aujourd’hui. Deux contes ont émergé : Le Petit Poucet et La chèvre de Monsieur Seguin d’Alphonse Daudet. J’ai donc écrit ces deux adaptations. Il s’agit pour moi d’un diptyque d’enfance : après avoir monté Mon Petit Poucet, je monte Monsieur, Blanchette et le Loup », explique le metteur en scène et directeur général de l’Artchipel, scène nationale de la Guadeloupe.

Pour la pièce inspirée de l’œuvre d’Alphonse Daudet et qu’enfant il n’a pas lu mais « entendu dans sa version enregistrée en 33 tours, conté par la faconde méridionale de Fernandel », José Pliya a opté pour une « écriture se veut post racialiste. À plus forte raison pour un conte qui se doit d’être universel ». Plus précisément, cette adaptation personnelle s’imprègne d’un parcours qui l’a conduit du continent africain aux îles de la Caraïbe, de quoi proposer une lisibilité toute particulière de ce conte. « Il se trouve que je suis d’origine africaine et que je vis et travaille aux Antilles depuis plus de dix ans. Alors forcément ces éléments de mon identité et de mon parcours professionnel, transpirent dans mon écriture. Ainsi, dans ma vision du personnage de ‘Monsieur’, il y a des résonances avec la culture des Peuls : la relation qu’il entretient avec ses chèvres, et surtout « Blanchette », est similaire à celle que ce peuple de nomades développe depuis des millénaires avec ses vaches. Dans ma vision du personnage de ‘Blanchette’, il y a également des échos de la relation complexe que les Antilles françaises entretiennent avec la métropole. Mais ce sont des éléments parmi d’autres », précise José Pliya.

Sur scène donc, les trois personnages vus et mis en scène par José Pliya : « MONSIEUR est donc un noble, un aristocrate, enfermé dans la lâcheté, la peur, le mensonge, l’irrésolution » ; le LOUP est « le séducteur, le mauvais garçon, le voyou vagabond objet de tous les fantasmes, de toutes les projections » et enfin BLANCHETTE se présente comme « la joie, l’enthousiasme. C’est les rires aux éclats. C’est la pureté de l’enfance qui entre dans le monde les mains – ou les pattes – pleines d’innocence, de confiance et qui, comme l’Agnès de Molière se retrouve séquestrée ». Tout au long des treize scènes Vincent Brayer, Karine Pédurand, Lotfi Yahya sont là pour donne vie à des personnages et « qui pièce a pour ambition de rappeler à tous, adultes et enfants, la phrase de Camus : ‘la lucidité tragique n’interdit pas l’exigence d’humanité' ».

Après le Tarmac, Monsieur, Blanchette et le loup seront au théâtre Le Forum à Fréjus en avril 2014.

Monsieur, Blanchette et le Loup
Dans Monsieur, Blanchette et le Loup, Monsieur est un éleveur prospère propriétaire de belles chèvres au pelage varié. Monsieur n’a qu’un seul objectif dans la vie : vivre heureux avec ses chèvres. Mais Monsieur a un problème : son voisin, le Loup, voyou vagabond qui lui n’a qu’un seul but, séduire les chèvres de Monsieur. Et il y parvient avec trop de facilité. Un jour pourtant, de retour d’un lointain voyage, Monsieur ramène Blanchette. Une vache pas comme les autres.

L’un et l’autre ont décidé de tout mettre en œuvre pour l’avoir en exclusivité. Mais c’est sans compter la curiosité, la peur de l’ennui et la soif de liberté de Blanchette.

Monsieur, Blanchette et le Loup
En famille à partir de 7 ans
Mercredi à 9 h 45 et 15 h,
Samedi à 16 h
Scolaires
Jeudi à 10 h et 14 h 30
Vendredi à 10 h

Source : Le Carnet du TARMAC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *