Rio Loco 2014, toujours en Terres Caraïbes

Nouveau départ pour les Caraïbes avec l’édition 2014 de Rio Loco pour laquelle l’embarquement est programmé dès le mercredi 11 juin à Toulouse.

Du 11 au 15 juin 2014, Toulouse se met au diapason des rythmes de la Caraïbe avec le Rio Loco, une édition qui fera voyager les festivaliers du Maroni en Guyane au Costa Rica en passant par la salsa d’Oscar D’León, le swing caribéen de Garifuna Collective ou encore le jazz panaméricain de Danilo Pérez .

Au programme du Rio Loco, cinq jours sous l’influence intensive des musiques multiples de la Caraïbe avec une belle représentation des variantes que peuvent offrir les artistes de ces pays. Du 11 au 15 juin 2014, les escales seront nombreuses. Ainsi, les festivaliers pourront s’offrir de nombreuses occasions de succomber à la salsa immarcescible d’Oscar D’León dès le premier jour du festival. Ces mêmes festivaliers se voient convier à une manifestation hautement composite, avec notamment The Garifuna Collective et leur musique exaltant un héritage culturel afro-amérindien unique en son genre et porté par ce groupe qui chemine aux rythmes ouest-africains et au swing caribéen. Avec Kawe Calypso, Rio Loco propose de vivre une sensation originale avec le premier passage en France de cette formation en provenance du Costa Rica. Au cours d’un attrayant périple de cinq jours, le festival permettra de relier en musiques et en images la Colombie, au Panama, en s’arrêtant au Mexique et en Guyane à la rencontre de Chris Combette ou encore de Prince Koloni pour un abordage sur le Maroni et le son Aléké. La Guyane tient effectivement une belle place dan la programmation.

Chris Combette et Prince Koloni
Le Rio Loco 2014 fera un arrêt très marqué en Guyane le dimanche 15, avec les concerts de Chris Combette et Prince Koloni. Le premier, que l’on reconnaît notamment pour les albums Les Enfants de Gorée et La danse de Flore, traduit dans sa musique toute la multiplicité de ses inspirations caribéennes. Né à Cayenne, Chris Combette qui, vie d’artiste oblige, connaît les bienfaits du voyage, livre une musique « en perpétuel mouvement. Pétrie des multiples sonorités qui forgent le répertoire créole (zouk, bossa-nova, reggae, biguine, calypso, salsa, mazurka…), elle transporte son auditoire dans une ambiance chaleureuse. Le quotidien est saisi avec réalisme et poésie, les tranches de vie relatées avec tendresse ».

Un autre Guyanais, dont la musique a déjà séduit bien au-delà des frontières de la Guyane, se produira ce dimanche : Prince Koloni, que l’on connaît pour les messages qu’il véhicule sur un rythme reggae, mais surtout pour l’aléké, rythme sur lequel il règne en maître avec son groupe Fondering depuis plusieurs années. Au fil d’une discographie prolifique, il a su imposer sa voix et est présenté comme « un artiste à facettes multiples. Sa voix quasi légendaire chante aussi bien l’aléké, cette musique traditionnelle (chant et percussions) inventée en Guyane et jouée exclusivement par les Bushinengué (les descendants d’esclaves en fuite, communément appelés les ‘Marrons’, qui furent transportés vers la Guyane il y a 400 ans et qui se rebellèrent en arrivant), que le reggae. ».

Dans un autre domaine, parce que le Rio Loco ce sont aussi les arts visuels et le cinéma en plus de la musique, un autre artiste présent à Toulouse continue de faire vivre un art hérité des « Noirs marrons », en l’occurrence l’art Tembé que le peintre Franky Amete fait sien et s’applique à faire connaître. Il est considéré comme le « gardien de la culture africaine présente en Amérique du Sud ». L’implication de l’artiste tend à préserver la pratique de cet art riche en couleurs et, dans le même temps, à en diffuser la connaissance comme ce sera le cas à Toulouse où se tiendra une exposition composée d’une oeuvre collective, « les fusées Tembé, imaginée par l’artiste et réalisée avec l’ensemble des publics de la valise Rio Loco ».

Festival multiforme pour jeune public aussi
En dehors des rendez-vous musicaux qui vont se succéder, notamment à la Prairie des Filtres qui accueillera aussi Yuri Buenaventura, Family Atlantica, Danilo Pérez, Alfonso Lovo, Che Sudaka, Edmar Castañeda, des artistes qui expriment chacun dans leur style la musique Caraïbe, Rio Loco intéresse un public varié. Dans une programmation qui mobilise des artistes de domaines très différents, on retiendra la part de festivités et d’animations réservées au jeune public. Cirque contemporain, mime, contes, exposition-atelier, jeux caribéens ou encore « la librairie indépendante Terra Nova plantera sa tente à la Prairie des Filtres pour donner à lire et interroger les terres Caraïbes à travers ses écrivains, ses artistes, ses penseurs, ses musiciens, son cinéma » : tout un programme pour les enfants dès l’âge de 4 ans.

Mercredi 11 juin 2014
20 h – The Garifuna Collective (scène Pont-neuf)
22 h – Oscar D’León (scène Pont-neuf)

Jeudi 12 juin
18 h 30 – Kawe Calypso (scène village)

Dimanche 15 juin
18 h 30 – Chris Combette (scène village)
20 h – Fondering & Prince Koloni, Tamango et invités (scène Pont-neuf)

Du mercredi 11 juin au dimanche 15 juin
Exposition : « Les fusées tembé » (Prairie des Filtres)
Lire et écouter les Caraïbes – 16 h 30 à 1 h (Prairie des Filtres)
Festijeux – Les Caraïbes se prennent au jeu (village culturel)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *