France Ô : débat autour des « Couleurs de la République » le 20 novembre

France Ô montre Les couleurs de la République, le dimanche 20 novembre à 20 h 50 dans le magazine Histoire d’Outre-mer.

Dans Les couleurs de la République, la réalisatrice Nina Barbier ausculte le corps des élus de la Nation française et enquête sur le faible taux de représentants d’Outre-mer parmi ceux-ci. S’appuyant sur ce constat et les réflexions qu’il engendre, Fabrice d’Almeida invite plusieurs intervenants à s’emparer de la question de la place de ces élus hors Hexagone ou « issus de la diversité » au sein de la République, avec pour trame de fond l’itinéraire politique de Gaston Monnerville.

Les couleurs de la République
Et si le prochain président de la République française était noir ? Croisant images d’archives, témoignages d’élus et de spécialistes de la diversité, Nina Barbier interroge l’histoire de France et la société française d’aujourd’hui afin de comprendre pourquoi il y a si peu de Français originaires d’Outre-mer ou des anciennes colonies parmi. […]

Dans les faits, dans la France de 2016, qu’en est-il ? Parmi les 577 députés élus aux législatives de 2012, neuf seulement sont issus de ce que l’on appelle « la diversité ». Le profil type de l’élu de la nation est celui d’un homme, blanc, âgé de plus de 55 ans et appartenant aux couches sociales dites « supérieures ». Les élus de l’Assemblée nationale reflètent donc très imparfaitement une société française très diverse. Aujourd’hui encore, lorsqu’on vient d’une île ou d’un territoire d’outre-mer, marqué(e) par un passé colonial, que l’on vient d’une famille modeste, l’accès à la vie politique de la République se révèle bien compliqué. S’appuyant sur de nombreux documents d’archives, ce documentaire entame une réflexion sur l’évolution de la place des élus issus des minorités à travers le prisme de l’histoire de la IVe et de la Ve République. Suivant en fil rouge le parcours de Gaston Monnerville (voir encadré), Nina Barbier remet en perspective la situation d’aujourd’hui avec des élus originaires d’Outre-mer, d’Afrique ou de l’ancien empire colonial, pour qui l’histoire récente de l’Afrique du Sud et des États-Unis, grâce à l’accession aux fonctions suprêmes de Barack Obama et de Nelson Mandela, représente un message de changement. Sera-t-il, ici aussi, un jour, entendu ?

Les couleurs de la République (inédit)
Magazine Histoire d’outre-mer
Dimanche 20 novembre 2016 à 20 h 50

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *