Petites Antilles, grand paradis, les 12 et 13 avril sur Arte

Petites Antilles, grand paradis, c’est un documentaire en deux parties à voir les 12 et 13 avril à 16 h 55 sur Arte. Dans deux épisodes de 45 minutes chacun, le réalisateur Dietmar Schumann propose une virée dans les Antilles à travers les histoires des différentes personnalités qu’il rencontre.

D’Antigua à la Dominique en passant par Montserrat et la Guadeloupe, le documentaire est scandé par des rencontres avec quelques îliens remarquables, certains natifs, d’autres d’adoption.  La première partie, L’Eldorado volcanique, raconte l’histoire des volcans et du rhum, sur les îles d’Antigua, de Montserrat, de la Guadeloupe et de la Dominique.

© Christoph Oldach
© Christoph Oldach

Eldorado volcanique
Une mère hollandaise, un père originaire d’Antigua. Patrick Matthews s’exprime avec un fort accent allemand parce qu’il a grandi à Mönchengladbach et a étudié à Maastricht. Il vit aujourd’hui à Saint-Jean où il est surnommé le Robin des Bois d’Antigua. Après avoir pris pour slogan « les riches doivent payer pour les pauvres ! », il a commencé à soigner gratuitement les indigents tandis que les riches devaient payer, les politiciens devant même s’acquitter du double du prix. Et cela fonctionne à Antigua…

Antigua est le point de départ d’un voyage à travers les îles des petites Antilles qui ont été sous influence européenne. Dietmar Schumann voyage souvent en hélicoptère ; il atterrit d’abord sur l’île volcanique de Montserrat, une ancienne colonie de la couronne britannique avec son épave figée dans la lave et les cendres la ville de Plymouth, le « Pompéi de la Caraïbe ». Puis il se rend en Guadeloupe… dans une distillerie de rhum : le dans le « Domaine de Severin » qui a vu se réunir pour la première fois, les patrons des syndicalistes et Josef Marsol. Marsol est l’un des propriétaires de la première usine qui a accordé à ses travailleurs les mêmes droits et des salaires en France…

Beaucoup plus pauvre que la Guadeloupe, le peuple de la Dominique, une ancienne île britannique dotée d’une forêt tropicale humide. Même si de temps en temps l’argent arrive d’Hollywood jusqu’à cette île – Pirates des Caraïbes avec Johnny Depp a été filmé sur cette île  -,  il ne peut atténuer les souffrances de ses habitants. En particulier, celles des Caraïbes, les derniers indigènes qui vivent dans la pauvreté. Cependant, la plupart de ces gens veulent rester à la Dominique. Y compris Henderson Michelle, cette jeune femme, mince avec sa grande voix qui chante la musique de soca, un mélange de soul et de jazz. Elle est une star dans les Caraïbes…

© Christoph Oldach
© Christoph Oldach

Des trésors et des pirates
Ce second épisode nous mène des Îles-sous-le-Vent aux côtes du Vénézuela, à la recherche de recettes créoles et de trésors enfouis.
Le néerlandais Berend van de Kraatz d’Amsterdam s’est engagé pour deux ans comme officier dans la marine pour un service dans les Antilles néerlandaises. En tant que capitaine des bateaux, il est sur la piste des trafiquants de drogue et des pollueurs. Sur l’île de Curaçao, Dietmar Schumann rend visite au millionnaire Jacob Gelt Dekker qui sait tout de l’histoire de la traite négrière. Ivonne Troeman, elle,  initie le réalisateur aux les secrets de la cuisine créole, et Thuringe Marcoquant  lui fait part des possibilités fascinantes qu’offre la delphinothérapie (thérapie assistée par les dauphins). L’île de Bonaire est devenue pour les plongeurs, Harry Neumann et Sigrid Lottra, l’île de leurs rêves. Ils y ont créé une école de plongée.

Sur Saint-Eustache, île de 4000 habitants, deux sujets représentent avec dévouement les intérêts de la reine Beatrix des Pays-Bas. D’abord Hyden Gitten, le gouverneur, et le maître de cérémonie Stanley Van Putten, qui tous les matins à 6 h procède à la montée du drapeau à Fort Holland. Il y a au moins trois attractions à noter sur l’îlot rocheux Saba : là se trouvent la plus courte piste d’atterrissage du monde, la plus haute montagne des Pays-Bas et le dernier descendant d’un pirate des Caraïbes. C’est William Stanley Johnson qui conserve  aujourd’hui encore une part du butin. Autre perle des Caraïbes et dernière destination évoquée dans le documentaire, l’île de Saint-Martin. Composée d’un territoire appartenant aux Pays-Bas d’une partie française, elle comporte par conséquent la seule frontière terrestre entre les Pays-Bas et la France…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *