À Paris, 6e édition du festival du film documentaire « Les Révoltés de l’Histoire »

À Paris, la Délégation générale à l’outre-mer (Dgom) de la ville inaugurera le 18 mai la 6e édition du festival du film documentaire, sur le thème des Révoltés de l’Histoire et autour de la question des « Migrations et sociétés en outre-mer ». Un rendez-vous cinématographique qui se tiendra jusqu’au 22 mai et prendra place à l’auditorium de l’Hôtel de Ville.

Un cycle de films documentaires ayant pour sujet principal Les Révoltés de l’Histoire se déroulera du 18 au 22 mai 2015 à Paris. Pour l’occasion, la Délégation générale à l’outre-mer à Paris invite le public à échanger autour de la question des « Migrations et sociétés en outre-mer ».

Pour la Dgom, le sujet choisi concerne très directement les populations qu’elle représente, considérant que « la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et La Réunion s’illustrent comme des terres d’immigration, mais également comme des modèles d’intégration qui rayonnent aujourd’hui à travers le monde ». Des circonstances qui inspirent des réflexions et ne peuvent manquer d’être analysées sur ces territoires où les « populations aussi diverses que variées se sont recomposées, métissées ou acculturées, impulsant de nouvelles dynamiques sociales et expressions culturelles ». Pour toutes ces raisons, la Dgom convie cette année encore le public pour des échanges de points de vue, bien convaincue que de « s’interroger sur le migrant, c’est d’abord se questionner sur l’autre, celui que l’on ne connaît pas, et dépasser la problématique de l’identité pour envisager celle de l’altérité ». Un rendez-vous gratuit pour lequel il est conseillé de réserver sa place.

Migrations & sociétés en outre-mer
Lundi 18 mai, 19 h
Des Chinois en Guyane et en Martinique (Jil Servant)
En trois vagues successives (1860-1880, 1920-1940 et de 1980 à nos jours), plusieurs milliers de Chinois, issus majoritairement des provinces du Guangdong et du Fujuan ont immigré à la Martinique et en Guyane. Recrutés à l’origine comme ouvriers agricoles, nombreux sont ceux qui ont ensuite ouvert des “boutiques” , contribuant à l’essor du petit commerce dans les Caraïbes et l’Amérique du Sud. Un voyage à la rencontre de cette diaspora originale, partagée entre une culture créole et les valeurs ancestrales de la Chine.

Mardi 19 mai
La mémoire des Canabady (Louis Wallecan)
En moins d’un demi-siècle, près de 120 000 Indiens ont été déplacés vers La Réunion pour suppléer aux défections des esclaves affranchis par le décret d’abolition du 24 avril 1848. Malgré les préjugés entretenus par les colons, les engagés ont élargi leur réseau de solidarité avec les populations créoles en métissant au fil des années leurs moeurs et coutumes. L’odyssée extraordinaire de ces Tamouls et Télégous qui contribue à la richesse et la diversité du peuple réunionnais.

Mercredi 20 mai
Zendyen Gwadloup, la force qui va ! (Laurent Champonnois, Michel Reinette)
Dans le second XIXe siècle, près de 40 000 Indiens ont migré à la Guadeloupe dans le cadre d’une nouvelle forme d’exploitation : l’engagisme. Surmontant la traversée du Kala pani, « la malédiction des eaux noires », ceux-ci ont néanmoins surmonté les affres du système colonial en préservant tant bien que mal leurs traditions culturelles. Une rencontre inédite avec cette communauté singulière qui a métamorphosé la créolité guadeloupéenne depuis 150 ans… »

Vendredi 22 mai
La première partie de soirée sera musicale et pour l’occasion animée par le conteur martiniquais Philippe Cantinol et la musicienne Léontina Fall.
L’avenir est ailleurs (Antoine Léonard-Maestrati, Michel Reinette)
Entre 1963 et 1982, le bureau des migrations des départements d’outre-mer (Bumidom) a procédé au déplacement de 160 000 Antillais, Guyanais et Réunionnais vers la France métropolitaine. Si l’objectif visait officiellement à combler la pénurie de main-d’oeuvre dans l’Hexagone, le dispositif a d’abord œuvré au déracinement d’une jeunesse potentiellement tumultueuse et sensible aux discours indépendantistes. L’itinéraire singulier de ces « migrants de l’intérieur », émissaires d’une mémoire forte d’amertume et d’espoir.

Réservation conseillée auprès de l’association Protéa
Tél. 0140260006
associationprotea2014@gmail.com
www.association-protea.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *