Curaçao accueille la deuxième édition du Festival international du film de Rotterdam du 4 au 7 avril 2013

La deuxième édition du Festival international du film de Rotterdam à Curaçao se déroulera du 4 au 7 avril sur l’île caribéenne néerlandaise et proposera un programme polyvalent pour que chacun puisse y trouver son intérêt.

Festival international du film de Rotterdam à Curaçao
Festival international du film de Rotterdam à Curaçao

Depuis la dissolution de la fédération des Antilles néerlandaises en 2010, Curaçao est un État autonome à part entière au sein du royaume des Pays-Bas. Pour la deuxième année consécutive, l’île située au large du Venezuela accueillera une émanation du Festival de Rotterdam, qui se déroule traditionnellement au début de l’année.

Si des films primés un peu partout dans le monde seront diffusés, tels que Amour de Michael Hanecke qui a remporté cette anné l’Oscar du meilleur film en langue étrangère, le festival a aussi pour ambition de célébrer les réalisations des cinéastes de la région. Voici une partie de la sélection :

  • Children of God de Kareem Mortimer (Bahamas, 2009), qui dénonce la haine contre les homosexuels dans les Caraïbes ;
  • Ghett’a life de Chris Browne (Jamaïque, 2011), un conte inspiré sur la nécessité de surmonter l’adversité et l’ignorance au nom de l’unité ;
  • Larga Distancia de Esteban Insausti (Cuba, 2010), sur le retour solitaire de l’héroïne à Cuba alors que tous ses amis sont partis sans le lui dire ;
  • Habana Blues de Benito zambrano (Espagne, France, Cuba, 2005), le portrait de deux jeunes musiciens cubains, entre espoirs et doutes ;
  • Melaza de Carlos Lechuga (Cuba, France, Panama, 2012), un film audacieux qui explore les rouages de la société cubaine à travers l’histoire de ses héros du quotidien qui se battent pour survivre dans un village aux sucreries détruites et aux piscines vides ;
  • SistaGod de Yao Ramesar (Trinidad-et-Tobago, 2006), un film poétique quasi muet qui narre une histoire très visuelle et s’appuie sur le carnaval de Trinidad-et-Tobago ;
  • et Vrede de Ida Does (Pays-Bas, Surinam, Allemagne, 2012), un documentaire très personnel dans lequel les enfants de Anton de Kom, un écrivain surinamais, activiste et héros de la résistance, repensent à leur jeunesse.

Sont également prévus des projections gratuites pour les groupes d’étudiants, des concerts par des orchestres de jeunes, des séances spéciales pour les enfants et une compétition pour les courts métrages réalisés par des metteurs en scène locaux.

Le programme complet (en anglais) est disponible sur le site du Festival.

Source : Repeating Islands

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *