Embarquement immédiat… Outre-mer, en passant par Bobigny

Kann’ Bitasyon, Lucien Coutil
Kann’ Bitasyon, Lucien Coutil

La ville de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, a opéré un Embarquement immédiat… Outre-mer depuis le mois d’octobre avec une série de manifestations en relation avec les régions d’outre-mer.

Le voyage en outre-mer n’est pas terminé. Ainsi, la bibliothèque Elsa Triolet programme une lecture à voix haute et cet événement, Mi bèl pawol mi ! Voyage en créolité, se déroulera le 15 novembre à partir de 19 h. Une autre escale s’ajoute au programme : la galerie d’exposition du Magic cinéma accueillera à partir du 21 l’exposition photographique de Lucien Coutil : Kann’ Bitasyon : la canne à sucre dans tous ses états. Livres, expo mais aussi cinéma avec le film de Camille Mauduech, La Martinique aux Martiniquais, l’affaire de l’OJAM, projeté au Magic cinéma le vendredi 25 novembre à 20 h en présence de la réalisatrice, complètent le voyage.

Mi bèl pawol mi ! Voyage en créolité, avec les livres et les paroles des auteurs de Martinique et Guadeloupe
La bibliothèque offrira une lecture à voix haute d’une sélection autour des écrivains martiniquais et guadeloupéens, parmi lesquels Césaire et Glissant, bien sûr, mais également Maryse Condé, Patrick Chamoiseau, Gisèle Pineau. Une traversée en lignes des auteurs des différents courants qui ont bouleversé le monde littéraire. Des mouvements littéraires et de pensée comme la Négritude, le Tout-monde, la créolité et leur poésie qui animent les débats en France et ailleurs dans les universités, parmi les spécialistes. Les auteurs de Pays rêvé, pays réel, d’Antan d’enfance, d’Éloge de la créolité, de Morne Câpresse ou de La Belle Créole seront présents en lignes et en paroles à la bibliothèque Elsa Triolet de Bobigny.

La Martinique aux Martiniquais
La Martinique aux Martiniquais

Le photographe guadeloupéen Lucien Coutil mettra en lumière la canne à sucre. L’artiste retrace l’histoire de la canne à sucre et celle des femmes et des hommes qui ont voué leurs vies à sa culture aux Antilles. L’exposition proposera les différents aspects de cette culture tandis qu’une conférence permettra d’évoquer l’histoire des Antilles à travers le sucre.

La Martinique aux Martiniquais, au Magic cinéma
Le Magic cinéma consacre sa salle aux luttes pour l’indépendance qui ont marqué l’histoire des territoires d’outre-mer. Le film de la réalisatrice martiniquaise Camille Mauduech, La Martinique aux Martiniquais, l’affaire de l’OJAM, sera à l’affiche tout comme L’Ordre et la morale, le nouveau film de Matthieu Kassovitz sur le drame de la grotte d’Ouvéa.
Le documentaire de deux heures sorti en 2011, évoque quant à lui les événements politiques qui ont notamment donné lieu au procès de plusieurs jeunes martiniquais à Paris en 1963.

La Martinique, ancienne colonie devenue département français d’outre-mer en 1946, s’enlise dans un « indéfectible attachement à la France » alors que le grand souffle des luttes d’indépendances s’étend à travers le monde. La guerre d’Algérie portée sur le territoire français contraint de se positionner de s’engager. Une affiche aux couleurs chatoyantes apparaît au petit matin du 23 décembre 1962 sur tous les murs des bâtiments publics, écoles, commissariats, mairies, églises en tout point de la Martinique. Cet affichage massif, clandestin et nocturne porte en lettres capitales un slogan incantatoire « la Martinique aux Martiniquais ». Le signataire, l’OJAM, Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste de la Martinique, affiche ainsi sa volonté nationaliste. Cette organisation de jeunes gens serait pilotée par des étudiants et des personnalités intellectuelles de la diaspora antillaise à Paris, séparatistes et intouchables, préparant la lutte de libération nationale avec le soutien logistique du FLN, fraîchement victorieux en Algérie.

Dix-huit jeunes « ojamistes » martiniquais dont cinq membres du Parti Communiste Martiniquais sont inculpés en février 1963 pour complot et atteinte à l’intégrité du territoire national, en d’autres termes de volonté séparatiste.

On a ainsi tué dans l’œuf un mouvement qui portait le spectre des évènements algériens, on a mis un terme à une « fellaghalisation » des Antilles.

Mardi 15 novembre 2011, 19 h
Mi bèl pawol mi ! Voyage en créolité

Bibliothèque centrale Elsa Triolet
4 rue de l’Union
93000 Bobigny

Du 21 novembre au 4 décembre 2011
Exposition : Kann’ Bitasyon : la canne à sucre dans tous ses états

Salle d’exposition du Magic cinéma
Centre commercial Bobigny 2 – Rue du Chemin Vert
93000 Bobigny

Vendredi 25 novembre à 20 h
La Martinique aux Martiniquais

Magic cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *