Conférences, cinéma et spectacles au Bordeaux Outre-Mer 2011

À Bordeaux aussi l’Outre-mer est au programme de nombreuses manifestations. Dans le cadre du Bordeaux Outre Mer 2011, la ville offre une riche programmation d’événements, parmi lesquels ceux accueillis au Musée d’Aquitaine. La pluriethnicité en Guyane, la mémoire relative à l’esclavage en Martinique, mais aussi l’histoire de l’Outre-mer, autant de questions qui feront l’objet d’exposés ou de projections de films et qui permettent aux différents publics d’en apprendre plus ou d’évoquer les réalités de ces territoires.

Mardi 8 novembre 2011 à 18 h
Conférence – Une Guyane pluriethnique : Amérindiens et Noirs Marrons
Par Francis Dupuy, maître de conférences en anthropologie, département de sociologie, UFR Sciences Humaines & Arts, université de Poitiers.
La Guyane française rassemble, sur l’équivalent d’un sixième du territoire métropolitain, une véritable mosaïque ethnique. En particulier, divers groupes d’Amérindiens côtoient différentes communautés de Noirs Marrons, dont les ancêtres avaient fui les plantations esclavagistes du Surinam au cours du 18e siècle pour trouver refuge dans les profondeurs de la forêt. Dans la région du haut Maroni, les Amérindiens Wayana et les Noirs Marrons Boni (ou Aluku) ont su établir durant plus de deux siècles, sur un espace pour partie commun, des relations originales faites de partenariat et de complémentarité, chacun respectant l’identité de l’autre.

Mardi 29 novembre 2011 à 18 h
Conférence – Mémoires vivantes et transmises de l’esclavage. L’exemple de la Martinique

Christine Chivallon, directrice de recherche, CNRS-LAM, IEP, Bordeaux
Partant du constat de la situation mémorielle actuelle, cet exposé diagnostique la question qu’elle fait naître pour la mémoire relative à l’esclavage dans les Antilles françaises, prise dans une frénésie qui renforce l’idée de mémoires soudainement inventées. Des mémoires de l’esclavage de l’ordre de la circulation intergénérationnelle sont-elles présentes ?
À partir d’une recherche conduite sur un événement ancien qui reconduit le cadre du conflit originel entre maîtres et esclaves, à savoir l’insurrection de 1870 à la Martinique, le propos s’attache aux processus mémoriels qu’il a générés. Le recueil de témoignages auprès des descendants des insurgés rend compte de la présence de récits familiaux transmis jusqu’à aujourd’hui selon les modalités particulières liées aux conséquences de la répression de l’événement insurrectionnel. L’interprétation qui s’en dégage amène à revoir la question de la mémoire collective à la Martinique.

Vendredi 2 décembre 2011 à 18 h
Spectacle – Le frémissement du monde, dans le cadre du week-end des cultures d’outre-mer

Une création de la Compagnie Loufried composée d’un montage de textes librement choisis dans l’oeuvre d’Edouard Glissant. Une comédienne et un pianiste donnent chair et vibrations à la poésie, chantier de la pensée.
Création d’Isabelle Fruleux d’après les textes d’Édouard Glissant : « … La virtualité du langage, en action dans la poésie d’Edouard Glissant, permet d’écouter le monde sans les définitions et délimitations qui ne peuvent plus le contenir et encore moins le représenter. « La poésie est chair » et pour pénétrer sa vibration, la matérialiser, ma rencontre avec le pianiste Didier Ballan fut décisive. Ses recherches en ethnomusicologie l’ont naturellement conduit à la pensée d’Édouard Glissant. Ensemble, nous proposons, avec « Le frémissement du monde », un phonateur à la poésie d’Édouard Glissant, afin d’écouter et de transmettre l’onde des sens qui la parcourt. »

Samedi 3 décembre 2011
Projections – Histoire et mémoire de l’immigration, week-end des cultures d’outre-mer
Projections de films documentaires présentés par Christiane Succab-Goldman, réalisatrice.
14 h : Une histoire de l’outre-mer. L’héritage colonial
15 h 15 : Une histoire de l’outre-mer. Les turbulences de la décolonisation
16 h 30 : Une histoire de l’outre-mer. L’ère de la mondialisation

Renseignements pratiques :
Musée d’Aquitaine
20 cours Pasteur – 33000 Bordeaux
Tél. 05 56 01 51 00

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *