Le Stone Center de l’Université de North Carolina rend actuellement hommage à Frantz Fanon


Frantz Fanon
Frantz Fanon

Le Centre Sonja Haynes Stone de l’Université de North Carolina, aux États-Unis, est actuellement l’hôte d’un hommage spécial marquant le 50e anniversaire de la mort de Frantz Fanon.

Cette commémoration, intitulée « The Fanon Symposium : Remembering the Life and Work of Frantz Fanon », a débuté le 4 octobre par la projection du film Frantz Fanon, une vie, un combat, une oeuvre réalisé par Cheikh Djemai en 2001, qui a été suivie d’un débat. Le symposium s’est poursuivi le 6 octobre avec notamment un discours de sa fille Mireille Fanon Mendès-France, également présidente de la Fondation Frantz Fanon à Paris. La dernière séance du colloque aura lieu le 7 octobre avec trois panneaux et un discours avec des militants et des universitaires de l’Université de North Carolina-Chapel Hill et d’autres institutions.

Au programme de ce dernier jour :

Séance I : Fanon et la voie vers le(s) Révolution(s) africaine(s)
– « Le chemin de la révolution : l’héritage africain de Frantz Fanon » par Georges Ntalaja-Nzongola, professeur d’études afro-américaines de l’Université de North Carolina ;
– « Géographies de la violence et du déplacement au Kenya : Territoire, Citoyenneté et Pouvoir » par Eunice Sahle, professeur associé d’études afro-américaines de l’Université de North Carolina ;
– « Fanon : Dans le contexte de la négritude » par Bereket Habte Selassie, professeur d’études africaines et de droit de l’Université de North Carolina.
Séance II : Le fanonisme dans des contextes transnationaux
– « Langue, Pouvoir et Résistance : lire Frantz Fanon dans un cadre trans-Caraïbes » par Daynalí Flores-Rodriguez, professeur adjoint d’espagnol de l’Université interaméricaine de Porto Rico ;
– « Frantz Fanon et l’Islam : La pertinence de la théorie de la violence dans un Monde post-11 septembre » par Fouzi Slisli, professeur d’histoire de l’Université du Minnesota ;
– « Le lumpenprolétariat, le subalterne, l’asile psychiatrique » par Ranjann Khanna, professeur de littérature de l’Université de Duke.
Session III : Fanon et la tradition radicale afro-américaine
– « Les Damnés des États-Unis : Frantz Fanon et la montée du nationalisme ethnique radical » par Jeffrey O.G. Ogbar, professeur d’histoire à l’Université du Connecticut
– « Oh Frantz, le retour des Damnés de la terre » par Alvaro Reyes, professeur assistant au département de géographie de l’Université de North Carolina.

Vous pourrez trouver plus d’informations sur le site du Centre Sonja Haynes Stone (page en anglais).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *