2012, année Damas : hommages et actions pour le centenaire

Centenaire L. G. Damas
Centenaire L. G. Damas

L’année du centenaire de la naissance de Léon-Gontran Damas (28 mars 1912 / 22 janvier 1978) a enregistré ses premiers moments forts à Cayenne, ville où est né l’auteur de Pigments et de Black-Label. Dans la semaine qui vient de s’écouler, une soirée hommage à Damas s’est tenue à l’Hôtel de ville de Cayenne et le dimanche 22 janvier (jour anniversaire de sa mort) a eu lieu une célébration religieuse à la cathédrale de Cayenne, à l’initiative de l’association des amis de Léon-Gontran Damas.

Outre ces premières dates, on notera l’inauguration par l’association Krakémanto d’une cyber opération de diffusion de la poésie de Léon-Gontran Damas. Chaque semaine, l’association diffuse un texte ou un poème signé de l’auteur de la Négritude, à charge pour les récepteurs d’en faire la diffusion la plus large possible, « à faire résonner chaque semaine dans toute la Guyane » (voir la « Citation de la semaine » sur e-Karbé).

Cette initiative devrait contribuer à faire partager l’œuvre du moins connu mais non moins fascinant des héros de la Négritude. Celui à propos duquel Senghor disait : « de nous trois, il était le plus nègre parce que plus rebelle » sera ainsi célébré tout au long de l’année en Guyane et au-delà de ce territoire qui l’a vu naître : colloque, salon du livre, rencontres ou encore mobilisation des scolaires marqueront l’année 2012, immanquablement celle de Damas.

L’association des amis de Léon-Gontran Damas (ASSALD) sera très active
L’association des amis de Léon-Gontran Damas, présidée par Eugénie Rézaire, constituera l’un des centres névralgiques des manifestations, avec notamment la 4e édition du prix Léon-Gontran Damas ouvert aux scolaires et plasticiens de Guyane, invités à s’inspirer de l’œuvre de Damas pour mettre en scène, composer et créer. Une occasion réelle et concrète de faire entrer le poète dans les classes et remettre à l’ordre du jour sa poésie trop souvent oubliée. L’ASSALD, qui travaille depuis sa création à vulgariser de l’œuvre du poète guyanais, inscrit à la programmation de cette année bien d’autres événements dont des résidences d’artistes (poésie, théâtre, musique).

Une mobilisation des élèves activement souhaitée à Saint-Laurent du Maroni lors du Mois de la commémoration de l’abolition de l’esclavage en Guyane 2012, pour lequel les organisateurs attendent l’implication de l’ensemble des collèges de la ville autour du thème « Damas et Résistance ». Toujours dans le milieu scolaire, le Temps des poètes 2012 en Guadeloupe (dans le cadre du 14e Printemps des Poètes) mettra à l’honneur Léon-Gontran Damas.

Damas sur grand écran
Le cinéma reste un autre moyen de découvrir la vie et l’œuvre de Damas. En dehors des projections qui réuniront collégiens et lycéens tout au long de l’année, l’Encre accueillera à Cayenne, le 25 janvier prochain, la projection du film en deux parties que lui a consacré Jean-Michel Martial. Réalisés en 2004, Le Nègre fondamental et Paroles de Damas retracent, à travers des archives, témoignages et interviews, la vie de cette figure de la littérature du vingtième siècle.

Dans un autre genre, le réalisateur guyanais Pélagie Serge Poyotte aborde lui aussi la poésie de Léon-Gontran Damas. Le festival Étoiles francophones, programmé du 31 janvier au 7 février 2012 et qui réunira des films francophones en Île-de-France, verra la projection de Beautiful le vendredi 3 février 2012 à 20 h 45. C’est le cinéma Le Grenier à Sel de Trappes (95) qui accueillera cette fiction « inspirée par les écrits de Léon Gontran Damas, grand poète de la négritude, un conte métaphysique à la fois joyeux et mélancolique, magnifié par les paysages de la Guyane« . Sur place, le réalisateur échangera avec le public du festival.

À Paris, le poète guyanais sera au centre d’un rendez-vous littéraire au Musée Dapper. Animée par la journaliste Valérie Marin La Meslée, en présence de l’écrivain guadeloupéen Daniel Maximin, cette rencontre littéraire évoquera « Léon-Gontran Damas, une conscience noire universelle ». Pour les organisateurs, ce sera « une occasion de rendre hommage à ce grand poète père fondateur du mouvement de la Négritude avec Senghor et Césaire, mais qui demeure quelque peu dans l’ombre de ses frères« .

Dans la série de manifestations qui vont se succéder, il y aura bien d’autres moments forts sur lesquels il sera essentiel de revenir. Parmi eux, le colloque international organisé à l’Université des Antilles Guyane. Plusieurs personnalités se retrouveront les 19 et 20 avril lors de cet événement organisé par les universités des Antilles et de la Guyane et d’Anvers (Belgique) pour rendre hommage à l’illustre Guyanais, le « pionnier qui savait donner un retentissement international à la francophonie afro-antillaise et à la pensée postcoloniale ». Le Salon du livre, organisé par Promolivres du 6 au 9 juin 2012 en Guyane, constituera aussi l’un des points d’orgue de l’année du centenaire.

Mercredi 25 janvier 2012 à l’Encre
Léon-Gontran Damas
– Film documentaire en deux parties
10 h – scolaires
19 h 30 – grand public

Vendredi 3 février – 20 h 45
Cinéma Le Grenier à Sel, Trappes
Beautiful
, de Pélagie Serge Poyotte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *