Des auteurs d’outre mer à la 27e édition du Salon du livre et de la presse jeunesse

Les littératures d’ailleurs seront à l’honneur lors du prochain Salon du livre et de la presse jeunesse, qui ouvrira ses portes le mercredi 30 novembre 2001 à Montreuil en Seine-Saint-Denis. Parmi les auteurs et exposants présents, des représentants de l’outre-mer qui viendront à la rencontre des jeunes lecteurs. Pour cette 27e édition, ils seront accueillis sur le stand de la librairie d’outre-mer. Une rencontre avec l’auteur de La coulée d’or et de Lettre ouverte à la jeunesse, Ernest Pépin, est prévue le samedi 3 décembre à 15 h 30 sous le thème « Paroles de Guadeloupe ».

Salon du livre et de la presse jeunesse 2011
Salon du livre et de la presse jeunesse 2011

Le salon, qui veut « affirmer son ouverture aux cultures et littératures du monde », s’arrête en terre mexicaine pour y fureter dans la littérature jeunesse du pays, mais convie aussi une vingtaine d’auteurs et d’illustrateurs européens. Aux côtés de ces artistes invités pour représenter l’édition pour enfants des pays européens, plusieurs auteurs de littérature jeunesse de l’outre-mer sont attendus, notamment de la Martinique et de la Guadeloupe : Joël Cimarron, Alex Godard, Luko ou encore Anique Sylvestre.

Du 30 novembre au 5 décembre, une librairie d’outre-mer dans votre salon
Au milieu des 330 exposants venus de part le monde et domiciliés six jours durant à l’espace Paris-Est-Montreuil, une vue d’ensemble de la vaste diversité de l’édition jeunesse qui a aussi ses protagonistes en outre-mer et donc dans la Caraïbe. Une production éditoriale réunie au sein de la librairie dédiée à l’outre-mer : « …venus des Antilles, de la Caraïbe, de l’Océan Indien et du Pacifique, des auteurs, des illustrateurs et des conteurs de littérature jeunesse présentent des récits qui, empreints des spécificités culturelles et géographiques des terres insulaires, métissent savamment les langues, les traditions et la création contemporaine. »

Au programme : 10 000 m2 d’exposition, sept pôles thématiques (ados, bande dessinée, art, presse, cinéma d’animation, numérique, théâtre), huit artistes mexicains représentatifs d’une « création qui conjugue avec brio univers métaphoriques, mythologie et histoire contemporaine », mais aussi l’imaginaire créatif cultivé par les conteurs antillais. Une dynamique représentée par des artistes comme Joël Cimarron (Le Couteau-chien, Gallimard jeunesse), originaire de la Martinique, qui se dit « héritier du conte créole et de la mythologie du vaudou » ; ou encore par l’auteur-illustrateur Alex Godard (Tani, Albin-Michel Jeunesse), fils de marin mais ayant le mal de mer et qui dès l’adolescence restait chez lui « pour dessiner des super-héros qui n’avaient pas froid aux yeux ». Des artistes dont l’imaginaire s’alimente de leur mémoire et de leur culture d’enfant créole. La BD peut aussi, comme dans le cas de Roland Monpierre avec La légion Saint-Georges édité chez Caraïbéditions, mettre en images des épisodes méconnus de l’histoire que l’auteur veut traduire en bulles et en images. Dans cette BD parue en 2010, l’histoire du Chevalier de Saint-Georges se dessine.

Luko (Lé Zitata – premiers pas, Ibis Rouge), lui, se fixe pour objectif de valoriser « par le biais de personnages drôles et rêveurs, l’esprit antillais de sa jeunesse« . Dans Lé Zitata – Premiers pas, paru en 2010, l’artiste martiniquais propose aux jeunes lecteurs une histoire pleine d’humour imprégnée d’un tempo unique qui rythme les aventures du jeune Gwadé, qui rêve se lancer dans une carrière théâtrale. Anique Sylvestre (Lowitt la grenouille qui danse, Twapat’, le cheval à trois pattes), auteur et conteuse, vient elle aussi de la Martinique et a fait de sa passion des livres un métier. Et désormais, dans ses contes merveilleux pour les enfants, « elle dévoile des personnages traditionnels et s’attache à décrire leurs habitudes, leurs joies et leurs peines, pour enfin les faire découvrir aux plus jeunes lecteurs« .

Tous ces auteurs seront en dédicace et prendront part à diverses animations portant sur l’édition, la création et l’imaginaire afro-antillais.

Moments choisis… dans le riche programme du salon
Mercredi 30 novembre, 9 h 30 et 12 h 30
La Légion Saint-Georges
Les enfants vont découvrir la véritable histoire du chevalier de Saint-Georges, premier homme de couleur à la cour du roi Louis XVI. Un grand moment d’Histoire à découvrir.

Mercredi 30 novembre, 11 h 30
Histoires racontées des Antilles, avec Anique Sylvestre
Découvrir les histoires antillaises avec l’auteure martiniquaise Anique Sylvestre dont les thématiques touchent tous les enfants : l’aventure, l’amitié, les liens familiaux… Après lecture de ces histoires, les enfants pourront inventer leur propre fin.

Samedi 3 décembre – 15 h 30
Paroles de Guadeloupe : pour se plonger dans l’univers d’Ernest Pépin, auteur Guadeloupéen et l’une des figures majeures de la littérature carïbéenne, qui se désigne lui-même comme « laveur de mots« .

Dimanche 4 décembre – 11 h 30
Couleurs des Antilles, avec Alex Godard
L’auteur et illustrateur guadeloupéen Alex Godard emmènera les enfants dans son univers coloré et riche de l’univers antillais lors d’un atelier autour d’une de ses techniques d’illustration : le pastel.

Dimanche 4 décembre, 14 h
Au cœur des mythologies afro-antillaises : comment les auteurs-illustrateurs se saisissent-ils des récits mythologiques pour bâtir des histoires empreintes de merveilleux et de révolte ? Quelles figures hantent leurs imaginaires ? Comment les héros sont-ils dépeints ? Quelle force ont-ils encore aujourd’hui ?

Lundi 5 décembre, 10 h
Création et édition : entre la métropole et les outre-mer
Quelles sont les conditions de production en outre-mer ? Quels échanges existent-ils avec la métropole ? Comment les auteurs et illustrateurs transmettent-ils leurs cultures ? Peut-on parler de « littératures ultramarines » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *