Femme noire d’Afrique, d’Amérique et des Antilles, un album illustré de Serge Diantantu, paru chez Caraïbéditions

Femme noire, Serge Diantantu
Femme noire, Serge Diantantu

Après Bulambemba, mémoire de l’esclavage, Serge Diantantu propose un nouvel ouvrage à caractère pédagogique qui met en lumière les parcours singuliers et parfois hors du commun de personnalités. Des femmes noires qui ont marqué leur temps ou ont eu leur part de notoriété dans les domaines aussi divers que celui de la culture ou de la politique.

« Réalisé par l’auteur de la célèbre BD, Bulambemba, mémoire de l’esclavage, cet ouvrage présente près d’une trentaine de femmes noires du monde entier et plus particulièrement des Antilles. Pour chacune d’entre elles, l’auteur présente une ou deux illustrations de ces femmes d’exception qui ont marqué l’Histoire, accompagnées d’une courte biographie. Le lecteur pourra ainsi découvrir ou redécouvrir le parcours exceptionnel de femmes telles que Paulette Nardal, Gerty Archimède, Jenny Alpha, Joby Valente mais aussi celui de femmes célèbres contemporaines telles qu’ Oprah Gail Winfrey, Michelle Obama ou Rama Yade ».

Dans ce livre, les plus jeunes remarqueront les portraits des femmes qui assez régulièrement font l’actualité mais les vrais curieux s’arrêteront forcément sur ceux de personnalités comme la Martiniquaise Paulette Nardal (1896-1985), femme de lettres, journaliste et militante de la cause noire, et immanquablement sur celui de la députée et avocate de la Guadeloupe Gerty Archimède (1909-1980). Une galerie de portraits non exhaustive de femmes aux itinéraires variés, certains plus exaltants, d’autres plus fascinants, l’essentiel pour l’auteur étant que « toutes ont un dénominateur commun : c’est d’être un exemple de pugnacité, de ténacité et de partage du don de soi pour faire avancer l’humanité, et ce sans vouloir nécessairement être à la recherche de la popularité ».

Serge Diantantu, prix 2008 de la BD engagée à Lyon, illustre en un peu plus de quarante pages sa vision des femmes qui, aux États-Unis, en Afrique et aux Antilles, se choisissent un combat à mener ou une expression à vivre et tentent de les mener à bien : « j’ai voulu rendre un hommage à ces humbles femmes qui, par leurs actions, n’ont pas démontré une quelconque infériorité ou supériorité par rapport à l’homme, mais ont illustré le caractère complémentaire des deux sexes dans la construction de l’humanité ».

Femme noire d’Afrique, d’Amérique et des Antilles (44 pages), Serge Diantantu
paru chez Caraïbéditions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *