Ils sont venus ce soir, Léon Gontran Damas (Pour Léopold-Sedar Senghor)

Ils sont venus ce soir (Pour Léopold-Sedar Senghor)
(9e semaine)

ils sont venus ce soir où le
tam
tam
roulait de
rythme en
rythme
la frénésie

des yeux
la frénésie des mains
la frénésie
des pieds de statues
DEPUIS
combien de MOI MOI MOI
sont morts
depuis qu’ils sont venus ce soir où le
tam
tam
roulait de
rythme en
rythme
la frénésie
des yeux
la frénésie
des mains
la frénésie
des pieds de statues


(Léon Gontran Damas, Pigments, Présence africaine, 1962)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *