Jala et le Dico Kfé font salon

Jala, pour Jeannine Lafontaine, est présente au Salon du livre de Paris pour la dixième fois mais elle occupe pleinement sa place dans le paysage culturel depuis 15 ans, en conteuse-marionnettiste.

Cette édition est aussi celle de la présentation de Dico Kfé, un dictionnaire illustré en quatre langues : français, créole de Martinique, créole de Guadeloupe et anglais (plus 3 CD-Rom). Cette année encore, elle fait la part belle à la culture traditionnelle et caribéenne, pour le plus grand plaisir des tout petits, mais aussi pour celui des plus grands, heureux de replonger dans leur culture.

Jala, artiste martiniquaise, à la fois gardienne des traditions et guide réputée de la culture caribéenne, a depuis longtemps fait le choix de transmettre son savoir notamment aux enfants. La publication de Dico Kfé confirme cette ambition, puisque cet outil pédagogique a pour but de faciliter l’apprentissage de la langue française, du créole de Martinique, du créole de Guadeloupe, ou de l’anglais. Entre illustrations et conversations, les enfants découvrent les langues et leurs particularismes pour mieux les appréhender, dans une approche nouvelle puisqu’elle met en parallèle l’usage de ces quatre langues.

Le choix de s’adresser principalement aux enfants est devenu réalité au fil du temps. Surtout que Jala, dans son rôle de dépositaire de la tradition et des cultures a une autre corde à son arc : le bwabwa !  Avec cette technique, et sa Katjopine, elle accompagne les plus jeunes dans leur épanouissement et dans leur découverte. La pratique du bwabwa, tantôt une marionnette de papier mâché, tantôt une marionnette à cornet, est développée depuis plusieurs années par Jala qui organise des ateliers à cet effet. « Il y a un véritable engouement de la part des enfants » explique l’artiste qui, au vu des réactions, ne s’inquiète par pour le devenir de cet aspect de la culture martiniquaise. Elle fait perdurer cette richesse et sait que « les enfants ont besoin de l’image et du toucher, surtout pour la petite enfance. Ils ont besoin d’avoir l’outil en main. » Les nouvelles technologies ne devraient donc pas avoir d’influences néfastes sur ce moyen d’expression.

Sa démarche envers les plus jeunes en Martinique n’est qu’une partie de ses activités : en plus de retenir l’attention des adultes, elle touche le public jeune en dehors de la Martinique comme lors de ses prestations en 2009 à Gonesse ou à Marseille. Les éditions Lafontaine qu’elle dirige s’inscrivent pleine dans cette dynamique de préservation de la culture de la Caraïbe. Régulièrement, recueils de contes ou de poésie, livres de coloriage et romans viennent enrichir un catalogue unique. Le public qui défile sur le stand de l’éditeur Jala semble effectivement être très au courant de ce cachet d’authenticité.

3 thoughts on “Jala et le Dico Kfé font salon

  • 6 avril 2010 at 17:14
    Permalink

    Merci pour votre article. Jala

  • 26 octobre 2011 at 15:26
    Permalink

    JALA est aussi présidente de la Société des artistes comédiens martiniquais et des gens des métiers du théatre réunis (Sodarcomamétéré) qui a organisé les Journées des comédiens et des gens des métiers du théatre à la Mutualité de FdeF, dans les transports publics et sur le front de mer foyalais, les 7,8 et 9 octobre 2011.
    « la comédie créole, reflet de nous-mèmes » a été développé par Patrick Chamoiseau, Raphael Confiant, Christian Boutant (directeur régional de la Sacem-Sacd), Bernard Lagier (prt de Ecritures contemporaines en CaraIbe) et par Georges Mauvois, dramaturge martiniquais à succès.

  • 12 février 2016 at 19:32
    Permalink

    Merci pour ce travail de transmission auprès de nos jeunes. En effet un vide à été comblé, cependant il reste beaucoup à faire. Comme j’aime à dire, qu’il est dommage que dès leur plus jeune âge, beaucoup de petits Martiniquais soient tournés vers le monde extérieur. Pourtant les pieds bien ancrés sur le sol de notre île, mais la tête ailleurs, tout les pousse à se désintéresser de leur environnement. Aussi, il est urgent et fondamental qu’ils renouent avec leurs réalités et spécificités géographiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *