La Revue des Sciences Humaines vient de publier un numéro consacré à Édouard Glissant

« Entours d’Édouard Glissant » : c’est le titre du numéro de ce début d’année de la Revue des Sciences Humaines. Sous la direction de Valérie Loichot, professeur de lettres à Atlanta et ancienne élève d’Édouard Glissant à Bâton-Rouge, des universitaires et des poètes rendent à Glissant un hommage digne de sa dimension-monde.

La Revue des Sciences Humaines (RSH), fondée dans les années 1930, est publiée avec le soutien du CNL, du CNRS et des Universités Lille 3. Elle bénéficie d’un rayonnement international, notamment aux Etats-Unis et au Japon. Régulièrement évoquée dans la presse et dans les travaux universitaires, elle s’efforce d’être le reflet de la recherche en matière de littérature française en publiant 4 numéros par an de 200 à 250 pages portant sur des thèmes, des genres, des écrivains ou des artistes, du XVIe au XXIe siècle. Fidèle à son titre, elle conjugue les approches critiques et entretient le dialogue de la littérature avec la philosophie et les sciences humaines. Chaque numéro est confié à un responsable, français ou étranger, choisi parmi les meilleurs spécialistes de la question traitée.

Le numéro 309 de la Revue des Sciences Humaines, daté de janvier-mars 2013, est consacré au chantre de la pensée de la créolisation, de la relation et du Tout-Monde. Le terme d’Entours contenu dans le titre renvoie aussi bien à l’écologie de l’auteur qu’à son entourage humain. De Martinique, de Guadeloupe, du Maroc, du Cameroun, de France, de Suisse, de Belgique, des Etats-Unis et de Grande-Bretagne s’élèvent des voix d’universitaires et de poètes qui rendent à Glissant un hommage digne de sa dimension-monde. Les quatre sections du recueil, « Relations », « Entours », « Politiques » et « Offrandes », évoquent tour à tour les affinités de l’œuvre glissantienne à la philologie du Moyen-âge, l’anthropologie, le mouvement rastafari et l’écriture de la Shoah ; les dimensions vertigineuses et tragiques de son paysage ; les engagements et errances politiques de l’auteur des luttes pour l’indépendance à la commémoration de l’esclavage ; et l’ami disparu dont le legs reste vivace.


Revue des Sciences Humaines, N° 309, 1/2013 : Entours d’Edouard Glissant

Source (en anglais) : Repeating Islands

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *