« Les tentacules » de l’auteure dominicaine Rita Indiana

Dans l’actualité littéraire de la rentrée, nous avons noté la sortie du roman de Rita Indiana, le 3 septembre 2020, « Les tentacules » (aux éditions Rue de l’échiquier). Une dystopie caribéenne déjà doublement récompensée, notamment en 2017 en Guadeloupe par le prix de l’Association des écrivains caribéens.

Rita Indiana fait partie du paysage littéraire des Caraïbes : « Les tentacules » traduit de l’espagnol par François-Michel Durazzo est le quatrième de ses cinq romans. Présenté comme un « grand roman politique, décolonial et écologique, qui interroge la responsabilité du capitalisme et des gouvernements, mais aussi la dualité entre l’individualisme et le bien commun », ce récit de science-fiction mêle réalisme social et merveilleux.

Rita Indiana

« Les tentacules », de Rita Indiana
En 2027, dans une République Dominicaine ravagée par des désastres écologiques qui ont détruit toute forme de vie sous-marine et où règne une technologie ultra-développée, Acilde, adolescente de classe pauvre, est depuis peu la domestique d’Esther Escudero, la prêtresse de la Santerìa. Elle cherche à vendre illégalement l’anémone que possède sa patronne pour acquérir la Rainbow Bright, une drogue qui lui permettrait de changer de sexe sans intervention chirurgicale. Mais la situation dégénère et Acilde doit fuir…

Dans les années 2000, Argenis, artiste en perdition, se voit proposer une résidence à Sosua de la part d’un mécène italien, Giorgio Menicucci, qui souhaite y créer un sanctuaire marin avec sa femme, Linda.

Par un concours de circonstances, Acilde et Argenis se retrouvent en contact avec leurs vies antérieures : Acilde est propulsée en 1991 et Argenis se retrouve au XVIIe siècle – à deux époques-clés dans l’histoire des Caraïbes. Parviendront-ils à changer le cours des choses et à empêcher les catastrophes qui ont ravagé leur pays ?

Critique
[« Les tentacules » est une] dystopie dominicaine qui s’étend sur trois périodes avec des résultats vertigineux. Ne vous laissez pas tromper par l’épaisseur de ce roman de la musicienne et écrivaine dominicaine Rita Indiana. « Les tentacules » change de manière vertigineuse autour de trois périodes et d’un groupe de personnages vaguement connectés, et aborde d’énormes thèmes, notamment la race et le sexe, l’impact du tourisme, les événements apocalyptiques et la catastrophe écologique.
Suzi Feay, The Guardian, 2 janvier 2019

« Les tentacules », Rita Indiana
Éditeur : Rue de l’échiquier
17 euros, version imprimée
8,49 euros, versions Epub et PDF


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *