« Passages de livres, escales Caraïbes » à Nantes

Depuis le 2 novembre se tient à Nantes la nouvelle édition de Passages de livres, escales Caraïbes, une manifestation qui cette année s’articule autour la littérature des Caraïbes. Certains rendez-vous cinéma retiennent l’attention, avec les réalisations de Véronique et Fabienne Kanor.

La ville de Nantes accueille en différents lieux l’édition 2015 de Passages de livres. Pour 2015, Passages de livres fait halte les Caraïbes pour un « voyage à travers toutes les formes d’écritures caribéennes francophones, qu’elles soient littéraires, musicales ou cinématographiques : contes, musique et grands textes pour tous les âges, mais aussi des rendez-vous autour de l’écriture, du slam, du cinéma, de la mise en espace, de la BD et du fonds patrimonial ».

Jusqu’au 26 novembre le centre-ville, à Malakoff, l’île de Nantes et Nantes Sud s’ouvriront aux expressions publiques sur la littérature, à la lecture, aux ballades littéraire, aux ateliers, aux débats et à de nombreuses animations qui feront la part belle au thème de la Caraïbe. Parmi celles-ci, les projections le mercredi 18 novembre à 20 h, au cinéma Bonne Garde, de Retour au cahier (2013) avec la présence Véronique Kanor, l’une des réalisatrices de read movie avec Fabienne Kanor. Dans un tout autre thème, c’est Un caillou et des hommes (55′, 2014), des mêmes réalisatrices, programmé dans le cadre du Mois du documentaire, que proposera l’Espace Jacques Demy, dans la soirée du vendredi 26 novembre 2015.

« Un read movie sur les traces du Cahier d’un retour au pays natal », d’Aimé Césaire
Le Cahier d’un retour au pays natal a presque 80 ans… mais c’est comme s’il avait été écrit hier ! Le texte a conservé une incroyable résonnance. Ce documentaire est un read-movie qui remonte le temps, rassemble les fragments perdus d’une expérience littéraire et humaine exceptionnelle. De la Croatie à la Martinique, du théâtre à la rue, des luttes indépendantistes aux profondeurs de la forêt et jusqu’au Paris colonial, le Cahier vagabonde, dévoile ses secrets, ses influences, ses territoires. Entre ses lignes, se dessine le portrait d’un homme, Aimé Césaire, en prise directe avec son époque.

Un caillou et des hommes
Le crack, c’est pas n’importe quelle drogue. En deux temps trois mouvements, zip-zap-wabab, le caillou dépouille l’homme de tout : de son statut, de sa posture, de son job, de ses dents, de sa famille, de sa volonté, de sa liberté et de sa dignité. Quelques prises suffisent à rendre accro, plus zombi que zombi. Prendre du crack, c’est prendre cher.

Depuis que cette drogue est arrivée en Martinique et en Guadeloupe dans les années 80, ceux qui la consomment et qu’on appelle paro font partie du paysage urbain. Si les gens pouvaient leur jeter des roches ou les donner des coups de pieds pour les chasser, ils le feraient. A défaut, ils les traitent de chien et de malpropre avec une haine qui vrille le bout de leur langue. Ici, on n’aime pas ces hommes qui ne sont ni couchés ni debout, mais cassés, en marge. On les dit possédés par le Diable. Ils font peur. Ils font honte à Monsieur et Madame Ti-Sonson, comme s’ils déshonoraient le genre humain…

La médiathèque Jacques Demy poursuivra le voyage littéraire avec des lectures de textes emblématiques. Jeudi 3 décembre, 19 h : « d’Édouard Glissant à Maryse Condé, d’Aimé Césaire à Jacques Roumain, présentation et lectures de textes qui constituent les fondamentaux de la littérature caribéenne de langue française ».

Mercredi 18 novembre 2015, 20 h
Cahier d’un retour
Cinéma Bonne Garde (20 rue Frère Louis)
02 51 83 66 71 / 4,50 euros
Tout public

26 novembre 2015, 19 h
Un caillou et des hommes
Salle Jules Vallès de l’Espace Jacques Demy
Publics : ados et adultes

Jeudi 3 décembre 2015, 19 h
Médiathèque Jacques Demy
24 quai de la Fosse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *