Rencontre littéraire avec Gerty Dambury au musée Dapper à Paris, vendredi 19 octobre 2012

Après Maryse Condé, c’est une autre dame des lettres de la Guadeloupe qui est mise à l’honneur lors d’une nouvelle rencontre littéraire au Musée Dapper en la personne de Gerty Dambury. L’espace d’arts et de cultures pour l’Afrique, les Caraïbes et leurs diasporas accueillera l’écrivain ce vendredi 19 octobre, à partir de 19 h, à l’occasion de la sortie de son roman Les rétifs.

Les rétifs, Gerty Dambury
Les rétifs, Gerty Dambury aux éditions Les manguiers

Dans Les rétifs, paru très récemment aux éditions du Manguier, Gerty Dambury replonge le lecteur dans l’atmosphère de la Guadeloupe d’il y a 45 ans, plus précisément dans la période qui a vu les émeutes et des événements sociaux et politiques marquants (26 et 27 mai 1967). « Gerty Dambury s’intéresse dans ce nouveau roman, à travers le regard d’une petite fille de 9 ans, à la vie en Guadeloupe lors des événements de mai 1967 ». La petite fille dont il est question, c’est Émilienne, et la Guadeloupe de 1967 est celle des ouvriers du bâtiment en grève pour leur droit et d’une sanglante répression qui fera des dizaines de morts.

Prix SACD 2008 de la dramaturgie francophone pour son texte Trames, Gerty Dambury dit la Guadeloupe dans son premier roman : « C’est là une caractéristique qui marque profondément son écriture. Les thèmes qu’elle aborde disent un pays qui oscille entre colère, violence, folie et indulgence, sourires devant l’adversité ».

Les rétifs de Gerty Dambury, éditions du Manguier
Pour Émilienne, 9 ans, tout commence le mercredi 24 mai 1967, lorsque sa maîtresse d’école, après une inspection totalement inopinée, annonce à ses 32 petites élèves qu’elle va devoir partir.

Partir ? Partir où ? Partir pourquoi ?
C’est ce qu’Émilienne veut que son père, disparu depuis trois jours, lui explique.
Elle veut aussi comprendre pourquoi vendredi 26 mai, Place de la Victoire, sous ses yeux, à quelques pas de son école, des coups de feu ont été tirés par des forces de l’ordre sur des hommes.
Tandis qu’elle attend le retour de son père, assise sur un petit banc dans sa cour, un étrange quadrille se déroule autour d’elle, au cours duquel des danseurs et musiciens, sous la houlette d’un chœur de commandeurs, viennent à tour de rôle, délivrer à Émilienne des informations sur son histoire familiale et sur l’histoire du pays. Cinq voix qui se mêlent à celle de la petite fille pour nous conduire à la journée sanglante du 26 mai 1967.

Rencontre littéraire – Parution, Les rétifs
Avec Gerty Dambury, animée par Christian Tortel
Vendredi 19 octobre, 19 h
Réservation conseillée au 01 45 00 91 75

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *