Rencontres avec Maryse Condé au musée Dapper en octobre 2012

Maryse Condé au Musée Dapper
Maryse Condé au Musée Dapper

Le musée Dapper propose en octobre 2012 des rendez-vous importants avec Maryse Condé, écrivain et femme engagée.
Le vendredi 12 octobre, 20 h, le musée présentera le documentaire de Jérôme Sesquin, Maryse Condé, une voix singulière, écrit par Françoise Vergès. Dans ce film sorti en 2011, on suit Maryse Condé à travers son parcours singulier d’écrivain, mais aussi ses convictions de femme noire. Le film, qui sera suivi d’une rencontre avec l’auteur, dessine le portrait de Maryse Condé en la suivant notamment sur le terrain, comme lors de son page à Saint-Laurent du Maroni en juin 2011, dans le cadre du mois de la commémoration de la seconde abolition de l’esclavage en Guyane. On la retrouve aussi entre Paris et New York dans ses voyages. Samedi 13 octobre, un autre rendez-vous est fixé au musée Dapper avec son dernier livre en date : La Vie sans fards.

Un film et des rencontres littéraires qui permettront de retrouver l’écrivain guadeloupéenne qui « écrit en Maryse Condé », une langue qui « n’est pas le français, n’est pas le créole » et dont les romans ont été traduits dans plusieurs langues.

Maryse Condé, une voix singulière, de Jérôme Sesquin et Françoise Vergès
Maryse Condé est une des grandes voix de la littérature francophone. Célébrée aux Etats-Unis où elle a enseigné vingt ans dans les plus grandes universités, elle réside désormais à New York. Elle n’est pas qu’écrivain. Toute sa vie, elle a participé aux luttes contre le racisme et la xénophobie. Elle s’est battue également pour la reconnaissance des mémoires de l’esclavage, des cultures et des littératures créoles.

Citoyenne du monde, elle refuse toute assignation identitaire. Son itinéraire permet de couvrir un demi-siècle d’histoire de la Guadeloupe des années 40, au Paris Noir des années 50, de l’Afrique des indépendances des années 60 à l’Amérique d’Obama du XXIe siècle. Partout, elle a fait entendre sa voix singulière, celle d’une femme noire et écrivain qui s’est arrachée au conformisme, au repli insulaire et à la racine unique. Enfin, ce film permet de découvrir une femme attachante, pleine d’humour.

La Vie sans fards, paru chez Jean-Claude Lattès, avec Maryse Condé au musée Dapper, samedi 13 octobre
Outre les rendez-vous du musée Dapper, Maryse Condé participera à une séance de dédicace le dimanche 30 septembre 2012, à Paris, à la librairie Le Divan.
« La Vie sans fards répond à une double ambition. D’abord je me suis toujours demandé pourquoi toute tentative de se raconter aboutissait à un fatras de demi-vérités. Trop souvent les autobiographies et les mémoires deviennent des constructions de fantaisie. Il semble que l’être humain soit tellement désireux de se peindre une existence différente de celle qu’il a vécue, qu’il l’embellit, souvent malgré lui. Il faut donc considérer La Vie sans fards comme une tentative de parler vrai, de rejeter les mythes et les idéalisations flatteuses et faciles.

C’est aussi une tentative de décrire la naissance d’une vocation mystérieuse qui est celle de l’écrivain. Est-ce vraiment un métier ? Y gagne-t-on sa vie ? Pourquoi inventer des existences, pourquoi inventer des personnages sans rapport direct avec la réalité ? Une existence ne pèse-t-elle pas d’un poids déjà trop lourd sur les épaules de celui ou celle qui la subit ?

La Vie sans fards est peut-être le plus universel de mes livres. J’emploie ce mot universel à dessein bien qu’il déplaise fortement à certains.

En dépit du contexte très précis et des références locales, il ne s’agit pas seulement d’une Guadeloupéenne tentant de découvrir son identité en Afrique. Il s’agit d’abord et avant tout d’une femme aux prises avec les difficultés de la vie. Elle est confrontée à ce choix capital et toujours actuel : être mère ou exister pour soi seule.
Je pense que
La Vie sans fards est surtout la réflexion d’un être humain cherchant à se réaliser pleinement. Mon premier roman s’intitulait En attendant le bonheur : Heremakhonon, ce livre affirme : il finira par arriver. »

Renseignements pratiques
À la librairie Le Divan (203, rue de la Convention – 75015 Paris)
Dimanche 30 septembre 2012, 11 h
Séance de dédicace de Maryse Condé, autour de son livre « La vie sans fards ».

Au musée Dapper ( 35 bis, rue Paul Valéry et réservation conseillée au 01 45 00 91 75)
Vendredi 12 octobre 2012, 20 h
Maryse Condé, une voix singulière
Un documentaire de Jérôme Sesquin, écrit par Françoise Vergès

Samedi 13 octobre 2012, à 14 h 30
Avec Maryse Condé
À l’occasion de la sortie de son dernier livre, La Vie sans fards

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *