Un clochard m’a demandé dix sous (Léon Gontran Damas, Pigments, Névralgies, rééd. Présence Africaine, 1972, 2003, 2005, p. 39)

Un clochard m’a demandé dix sous
(8e semaine)

Moi aussi un beau jour j’ai sorti
mes hardes
de clochard

Moi aussi
avec des yeux qui tendent
la main
j’ai soutenu
la putain de misère

Moi aussi j’ai eu faim dans ce sacré foutu pays
moi aussi j’ai cru pouvoir
demander dix sous
par pitié pour mon ventre
creux

Moi aussi
jusqu’au bout de l’éternité de leurs
boulevards à flics
combien de nuits ai-je dû
m’en aller
moi aussi
les yeux creux

Moi aussi
j’ai eu faim les yeux creux
moi aussi j’ai cru
pouvoir demander dix sous
les yeux
le ventre
creux
jusqu’au jour où j’en ai eu
marre
de les voir se gausser
de mes hardes de clochard
et se régaler
de voir un nègre
les yeux ventre creux

(Léon Gontran Damas, Pigments, Névralgies, rééd. Présence Africaine, 1972, 2003, 2005, p. 39)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *