Arthur H, « le conteur blanc d’un or noir », au Théâtre du Rond-Point à Paris

Arthur H s’installe au Théâtre du Rond-Point de Paris jusqu’au 3 février 2013 avec son spectacle L’or noir, une lecture musicale de texte de poètes antillais.

L'Or noir © Emmapic
L'Or noir © Emmapic

En tournée depuis 2012 avec ce spectacle, avec notamment des passages au festival Étonnants voyageurs (à Port-au-Prince, puis à Saint-Malo), Arthur H, accompagné de Nicolas Repac, entraîne son public « dans un parcours poétique, rythmique et sonore« , empruntant pour ce faire à la poésie caribéenne. Parmi les auteurs choisis, des incontournables parmi lesquels évidemment Aimé Césaire (Cahier d’un retour au pays natal, Les Armes miraculeuses), René Depestre (Le métier à tisser) et Édouard Glissant (La Cohée du Lamentin). Mais on y entend aussi celle du plus contemporain James Noël (Des poings chauffés à blanc), aujourd’hui résident de la Villa Médicis, dans le cadre d’un cycle consacré à la littérature contemporaine. En somme, des poètes « qui vivent et écrivent en français au XXIe siècle, qui évoquent la terre, l’amour, les racines et les rêves, la fièvre et le tremblement, au cœur du monde, du tout-monde » comme le précise Nadine Eghels, responsable du montage des textes.

Arthur H se fait ici conteur des textes d’auteurs noirs, il leur prête sa voix et leurs mots s’adaptent à ses rythmes comme le confirme de façon éloquente Dany Laferrière, l’un des neuf auteurs que l’artiste interprète dans L’or noir (avec L’Énigme du retour). Dany Laferrière traduit ainsi le voyage d’Arthur H dans sa poésie : « Enfant, j’ai entendu quelqu’un dire que les nègres étaient des gens qui vivaient le long du fleuve Niger, et cela m’avait tant touché que souvent, la nuit, je filais là-bas. Il n’était pas question de race, ni de couleur, mais d’un lieu où l’on pouvait se rendre, en suivant le fil rouge de la nuit. Je dis cela parce qu’après t’avoir entendu, Arthur, je suis retourné là-bas où je t’ai retrouvé.(…) et cette voix qui nous vient du fond de la bananeraie, langoureuse et élégante, comme un hamac l’aurait fait s’il savait chanter, parfois grave et sèche comme une lampée de rhum, pour s’éteindre doucement afin de faire corps avec la nuit : c’est celle d’un jeune homme du nom d’Arthur H. Il a trouvé la route qui mène au fleuve, simplement en murmurant des poèmes ramassés çà et là, et qu’il nous chantera avec son vieux complice Nicolas Repac. »

Cette pertinente attraction entre Arthur H, le conteur, la poésie de ces auteurs et la musique de Nicolas Repac a fait naître un album. Mais, jusqu’en avril 2013, le public pourra encore assister à ce mariage dans plusieurs salles en France. Il y constatera ce qui, pour Arthur H, apparaît comme une évidence : « la poésie noire de Aimé Césaire jusqu’à Dany Laferrière, du Sénégal à Haïti, c’est un miroir précieux qui me recentre, qui me reconnecte . J’ai essayé de trouver le son et le rythme de ces mots et de m’effacer derrière leur musique« .

L’Or noir – Lecture musicale
Depuis le 15 janvier
jusqu’au 3 février 2013, 18 h 30 (relâche les lundis et les dimanches 20 et mardi 25 janvier)
Réservations au 01 44 95 98 21
sur www.theatredurondpoint.fr ou sur www.fnac.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *