Danser les chemins de l’invisible dans le vaudou haïtien

« L’ethnologie va vous surprendre ! » revient cette année encore au Musée du Quai Branly autour du thème de l’invisible. Pour l’occasion, l’événement réunit les 9 et 10 avril prochain et « met à l’honneur jeunes ethnologues, artistes et chercheurs de renom lors d’un week-end dédié à l’ethnologie »

Films documentaires, lectures de textes et de poésies et conférences diffusées simultanément sur la chaîne YouTube du musée seront l’occasion pour les spectateurs de découvrir l’ethnologie, une « science en plein essor, fondée sur les travaux de terrain et les archives historiques, anthropologiques et archéologiques » qui « permet de mieux appréhender la complexité et la variété de nos sociétés ».

Parmi les interventions, une conférence chorégraphiée d’Erol Josué, le dimanche 10 avril 2022, 15h30 : Danser les chemins de l’invisible dans le vaudou haïtien.

Conférence chorégraphiée, par Erol Josué, prêtre, chanteur, conteur, danseur et directeur général du Bureau national d’ethnologie de Port-au-Prince, Haïti. Erol Josué nous invite à emprunter les chemins exaltants et peu sûrs de l’initiation vodou, se tenant à la limite du réel, il soulèvera quelques pans de ce voile délicat et fragile qui sépare uniquement celles et ceux qui refusent de voir… Académique et spirituel, chevauché par les dieux et les déesses, prêtre vodou et homme politique, croyant et scientifique, comme Simbi il est dualité, en équilibre entre deux eaux.

À travers une lecture performative, il portera le pèlerin à porter un second regard sur lui-même et à voir, l’espace d’un cillement, ce que son âme sait déjà : nous sommes l’infini.

Haïti et le vaudou, il en sera également question avec la conférence de Philippe Charlier sur le thème « Revenants et fantômes, du vaudou au spiritisme ». Le directeur du département de la Recherche et de l’Enseignement du musée du quai Branly précise : « les fantômes sont partout. Si ce ne sont eux, ce sont les revenants, les esprits ou les non-humains. En Afrique sub-saharienne, en Haïti et en Extrême-Orient (Japon, Chine), quels sont les rapports que les vivants entretiennent avec les « non-morts » ? Comment se parlent-ils ? Comment interagissent-ils encore avec nous pour nous guider ou nous corriger ? A travers des exemples glanés dans des civilisations extra-occidentales, on verra comment et pourquoi les morts sont utiles aux vivants. »

Lors de ces deux journées d’immersion dans l’ethnologie de l’invisible, plusieurs spécialistes décrypteront des objets choisis dans la collection du musée.

L’ethnologie va vous surprendre ! – L’invisible
Deux jours pour explorer le 21e siècle

Samedi 9 et dimanche 10 avril 2022
Musée et activités en accès libre et gratuit
Retransmission des conférences en direct sur la chaîne YouTube du musée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *