Fête de la musique en Martinique, Guadeloupe et Guyane

La Fête de la musique battra son plein le lundi 21 juin et comme désormais chaque année. Cette vingt-neuvième édition sera marquée par de nombreux concerts et événements musicaux. Le passage en revue des agendas permet de relever quelques moments forts à ne pas manquer. Parmi les lieux de rendez-vous possibles : le palais des congrès du Madiana ou la place des Arawaks de Schœlcher en Martinique, la ville du Gosier en Guadeloupe, l’Ensemble Culturel Régional, la place des Palmistes ou le jardin botanique en Guyane.

L’événement dans sa version 2010 aura pour thématique la « musique au féminin » et prendra des sons et rythmes différents dans plusieurs pays. Autour de ce thème demeure la volonté de montrer « ce que la musique, d’essence et d’inspiration féminines mais trop souvent univers d’hommes, leur doit de tout temps et aussi comment elles durent y imposer leur talent », dixit la coordination générale de la Fête de la Musique. « La femme domine l’univers musical… des femmes l’ont marqué du sceau de leur talent, de leur personnalité ou de leur influence… mais pour les femmes, la musique s’est montrée trop souvent un terrain à conquérir. Une terre ingrate. Cependant, au tournant du millénaire, une carrière dans la vie musicale s’ouvre sur des bases très proches pour une femme et pour un homme. Les femmes, que les siècles ont voulu cantonner à un rôle de muse, d’inspiratrice, ont – enfin – affirmé leurs droits à une expression artistique autonome. C’est leur créativité, leurs combats, la vérité profonde de leurs répertoires et de leur talent qui seront fêtés le 21 juin prochain ». Cela pourra se vérifier sur plusieurs scènes des Caraïbes.

Festival Muzik Pluriel en Martinique
Le Palais des Congrès de Madiana proposera pour l’occasion un concept original (voir ici le programme complet) : 5 salles, 5 univers, 5 scènes live, à charge pour le public de choisir son tempo. Le choix se fera entre Acoustik Caribeen, Ténor du Zouk, New Generation, Traditionnel et Gospel. Il y en aura pour tous les goûts et gourmands musicaux avec notamment les présences de Victor O, Soft, Tanya Saint-Val, Pipo Gertrude, Medhy Custos, Guy Vadeleux ou encore Jessica Dorsey. Du beau monde et des grands moments en perspective, d’abord avec le groupe Soft qui, toujours sous l’influence de Fred Deshayes, le guitariste, auteur, compositeur, interprète, poursuit une aventure pleine de réussite et s’implante de façon définitive dans le paysage musical caribéen au fil des albums. Les performances du groupe et l’engouement du public, confirmé avec l’album Konfyans, attestent de l’autorité de ce groupe et de ses auteurs à textes sur la musique antillaise. Sur la scène Gospel du Madiana, l’une des voix ne passera pas inaperçue : celle de Jessica Dorsey, « la plus américaine des chanteuses de gospel francophone », comme le souligne sa biographie. Son premier album Nul n’est comme toi et son prix Sacem 2010 (meilleure interprète féminine au 7e prix Sacem Guadeloupe) font de Jessica Dorsey un choix judicieux pour cette fête de la « musique au féminin ».

Carimi
Carimi

En Martinique toujours, avec Carimi qui, tout en kompa, sera sur la place des Arawaks à Schœlcher pour un concert gratuit. Entourés de plusieurs invités (dont Kalash, Bruno Bias et Ludivine), Carlo, Richard et Mickael devraient de nouveau marquer les esprits mélomanes comme en mai dernier au Zénith. Depuis Ayiti Bang, Bang, sorti en 2001, Carimi s’est révélé comme une valeur jeune et sûre de la musique haïtienne et caribéenne et récolte les bravos partout où celle-ci est appréciée. Rendez-vous est donc pris le 21 juin 2010 à Schœlcher à partir de 18 h avant leur retour aux États-Unis où ils seront en concert le 27 juin à Brooklyn.

En Guadeloupe, artistes, célèbres ou anonymes, sont aussi à la fête
Trace FM lancera dès 20 h à Baie-Mahault un grand concert gratuit avec un beau bouquet de jeunes artistes, pour la plupart issu de la planète zouk. En cohérence avec son auditoire jeune, la radio proposera également des artistes de dancehall : Warren, Teeyah, Kennedy, Marvin, Lylah, Leila Chicot, Young Chang, Soumia, Lorenz, Sweet way, Patrice Hulman, Missié Sadik, Thayna et bien d’autres.

Gwo ka, hip hop, jazz, gospel, dancehall, tout y sera dans la ville du Gosier : parvis de la mairie, square de la rénovation ou Carbets du Gosier accueilleront toutes ces manifestations mises en place par la direction des affaires culturelles de la ville. Zayann ka, Ka pou douvan lanceront le mouvement dès 19 h 30 aux Carbets du Gosier, mais d’autres sites devraient attirer les intéressés notamment en raison de la diversité des styles proposés et une programmation qui laisse la place aux musiciens anonymes et aux associations de la ville.

La Guyane n’est pas en reste
La fête prendra pied dans de nombreuses communes où se succèderont concerts, spectacles et scènes ouvertes et donc des soirées qui laisseront place à d’heureuses improvisations. Dans une dizaine de communes de Guyane, les podiums et scènes seront installés pour laisser place à la musique et aux associations culturelles, très présentes au vu du programme, dès le samedi 19 juin. D’Awala, avec le groupe Yuwae, à Sinnamary avec Kalawang intervenant au marché couvert, en passant par le centre pénitentiaire de Guyane basé à Rémire-Montjoly, la manifestation prend vraiment tout son sens en s’implantant en tous lieux.

A Cayenne, le 21 juin aura effectivement un fort accent féminin avec un concert (uniquement sur invitation) à la cité administrative régionale avec le Clara’Coustique Quartet, le Duo Lapassion, Murielle Fleriag et Graj’Karo. Plus tard dans la soirée, un podium accueillera entre autres Kali, Prince Koloni et Fondering, Roméo Leter, Orlane Jadfard, Rénato Décater, etc. Certaines festivités s’étireront jusqu’au mercredi 23, notamment avec les jeunes musiciens des classes à horaires aménagés musique (CHAM) de l’école Jules Minidoque et de plusieurs collèges. Le générique de fin interprété par Chris Combette et Francis Nugent signera la clôture de cette 29e édition en Guyane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *