Florence Naprix en Guadeloupe

Florence Naprix entamera dès le 20 mars une tournée guadeloupéenne qui permettra de la découvrir avec son album Fann Kann qui a déjà marqué les esprits. Entourée de musiciens reconnus et de danseurs, elle part à la rencontre de son public.

Pendant une semaine, les salles de spectacles guadeloupéennes résonneront au son de la voix de Florence Naprix et des musiciens réputés qui l’accompagnent sur scène : Stéphane Castry, Thierry Vaton, Patrick Boston et Sonny Troupé. Entre biguine et jazz, elle fera découvrir l’univers musical avec lequel elle occupe une place à part dans le monde de la musique.

C’est d’abord sur les touches d’un piano que Florence Naprix s’initie à la musique dès l’âge de 8 ans. Elle apprend le solfège et le chant dans la prestigieuse école Armand Siobud à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, sa terre d’origine et de cœur. Dotée d’un sens inné de la musique, pour elle, plus qu’un rêve, c’est une vocation qui naît.

Parce que très tôt, Florence est captivée par les voix de Sarah Vaughan et Ella Fitzgerald, le jazz se fait la part belle dans son identité artistique, mais pas que… L’easy-soul décontractée et sensuelle d’Erykah Badu tient aussi une place de choix dans ses diverses inspirations.

Tout en distillant ses ondes biguine-jazz, l’audacieuse Florence évolue crescendo dans un élan de passion et de discipline.

« Fann Kann » , titre de son premier album, est la cerise sur le gâteau de sa popularité grandissante. Paru en 2012, cet opus est le fruit de trois ans de travail où Florence porte la quadruple casquette d’auteur-compositeur-interprète-producteur. Réalisé sous la houlette bienveillante et expérimentée du virtuose Stéphane Castry et élaboré avec des musiciens aussi doués que reconnus (Thierry Vaton, Amen Viana, Jérôme Castry, Olivier Jean-Alphonse), « Fann Kann » explore la possibilité d’un métissage sonore inédit et cohérent.

On retrouve dans cet album l’empreinte du jazz, le souffle de la biguine, les racines du zouk, les battements du ka, mais on y sent aussi l’impulsion du rock, une teinte d’électro !

7 dates en Guadeloupe
Vendredi 20 mars : Beauperthuis (Sainte-Rose)
Samedi 21 mars : Chez Henri (Marie-Galante)
Mardi 24 mars : Robert Loyson (Le Moule)
Mercredi 25 mars : Georges Tarer (Pointe-à-Pitre)
Jeudi 26 mars : Casino du Gosier (Gosier)
Vendredi 27 mars : Beauport-Pays de la Canne (Port-Louis)
Samedi 28 mars : l’Artchipel (Basse-Terre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *