Salon du livre de Paris 2011 : accueil au coeur de la littérature des outre-mer

Le Salon du livre a ouvert  ses portes au public à la Porte de Versailles. L’outre-mer y accueille ses invités dans son espace réservé et dévolu aux nombreux auteurs venus non seulement pour dédicacer leurs derniers ouvrages mais aussi pour rencontrer les lecteurs d’outre-mer et d’ailleurs.

Tony Delsham et Marie-Luce Penchard

Les auteurs d’outre-mer, comme l’ensemble des éditeurs qui les accompagnent, viennent conquérir de nouveaux publics. Le Salon, inscrit au calendrier des événements de l’année des outre-mer, va peut-être permettre convertir de nouveaux liseurs et les amener à la table des auteurs ultramarins.

Espace et éditeurs d’outre-mer
Vendredi 18 mars, jeunes badauds (les scolaires étaient nombreux en ce premier jour) et adultes curieux pouvaient s’attarder sur les stands installés dans le pavillon 1, des stands qui ont gagné en mètres carrés et pour cause : « à l’occasion de 2011, année des outre-mer français, l’outre-mer renforce sa présence au Salon avec un espace d’exposition sur lequel le ministère chargé de l’outre-mer et le commissariat pour « 2011, année des outre-mer » accueillent 19 éditeurs d’outre-mer, ainsi que les stands des éditions et Orphie et des éditeurs d’Océanie… » Sur le périmètre que se partagent les éditeurs et la librairie d’outre-mer, tenue par les éditions Jasor, on retrouve un petit plateau, façon « salon où l’on cause », qui accueille les auteurs venus évoquer leur actualité. Max Jeanne, venu parler de son dernier recueil de poèmes Phare à Palabres, a entraîné les auditeurs dans la Guadeloupe de son enfance, à travers la ville du Gosier où il a grandi à coups de souvenirs piquants ou cocasses.

Librairie d'outre-mer

Figures et personnalités d’outre-mer
Comme lors de l’inauguration du jeudi soir, le salon vit également aux rythmes des visites officielles et des dédicaces de personnalités. L’une des principales animations qu’aura donc connu l’espace dédié à l’outre-mer dans la journée de vendredi aura été la visite de la ministre Marie-Luce Penchard et du commissaire Daniel Maximin venus tous deux sillonner les allées, alternant devant caméras et photographes brefs échanges informels et rencontres sympathiques. S’agissant des vrais acteurs du Salon, les auteurs, ils occupent progressivement le terrain : Babette de Rozières sur le stand des éditions Orphie, Tony Delsham pour Martinique éditions, Sylviane Vayaboury et André Paradis venus présenter Brèves de savane, etc.

Écrits et propos sur l’outre-mer
Du roman à la nouvelle, du livre de cuisine à la BD, l’édition ultramarine se distingue tant par la pluralité des styles empruntés par les auteurs que par la multiplicité des thématiques que peuvent offrir les mondes différents qui les entourent et l’histoire singulière qui les a faits et les inspire. Alain Foix et son dernier livre Noir, de Toussaint Louverture à Barack Obama ; Lémy-Lémane Coco et son Grand café ; Babette De Rozières et La bonne cuisine végétarienne de Babette ou encore Serge Diantantu et le tome 1 de sa BD : Bulambemba, mémoire de l’esclavage : autant de domaines littéraires ou de sujets à retrouver dans les rayons bien garnis de cette grande bibliothèque éphémère, avec en prime l’occasion d’approcher leurs auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *