Cuba en février c’est : literatura, ambiente, deporte y habano

Le mois de février sera marqué par plusieurs événements à Cuba avec des rendez-vous devenus habituels,  dont l’un autour du livre avec la Foire internationale du livre de la Havane, un autre sur les Femmes et l’environnement dans l’histoire et la culture latinoaméricaine et caraïbéenne ou encore le Habano’s festival qui comme on le devine met en vedette l’un des cigares les plus réputés.

La Foire internationale du livre de la Havane (Feria internacional del libro de la Habana) se déroulera du 11 au 21 février 2010 sous le thème « Lire, c’est grandir » avec la Russie pour pays invité d’honneur. Cette année marquera également le 50e anniversaire de la presse nationale de Cuba.

Le salon sera dédié à l’écrivain cubain Reynaldo Gonzalez et à Maria del Carmen Barcia. Le premier, lauréat du prix national de littérature en 2003, est selon l’Etat organisateur « l’un des plus éminents essayistes cubains. Il est l’auteur des droits fondamentaux,textes sur l’identité nationale et la culture cubaine. Ses travaux rigoureusement documentés sont pleins d’humour et couvrent un vaste éventail de sujets […] ». Quant à Maria del Carmen Barcia elle « a obtenu le prix le plus élevé en sciences sociales cubaines pour ses productions consacrées à l’enseignement et pour ses recherches […] ». Établi dans le parc des expositions de la forteresse San Carlos de La Cabana, le festival accueillera les curieux et visiteurs dans les 46 bibliothèques de la capitale ouvertes au public.

En 2009, ce rendez-vous a déjà attiré près d’un million de personnes dont des éditeurs, écrivains, libraires et distributeurs de plus de 40 pays. La foire internationale du livre de La Havane, qui a connu sa première édition en 1982, est considérée comme l’événement majeur de l’édition cubaine.

L’environnement prend le relais
Du 22 au 26 février se déroulera un autre rassemblement qui abordera les questions relatives à l’environnement sous le titre prometteur de « Femmes et environnement dans les cultures latino-américaines et caribéennes« . Ce colloque international qui se poursuit chaque année depuis 1994 s’articule autour de débats, de conférences et d’ateliers qui à terme donnent lieux à des publications. Autour du colloque, plusieurs concerts et rencontres artistiques sont organisés.

Le genre et les écosystèmes, l’écofeminisme (principe selon lequel, il y existe une manière féminine de faire l’expérience les choses et de valoriser le monde), la production écocritique des femmes dans la littérature et l’art, la pensée et les mythes concernant les femmes et la nature, les femmes rurales : leur culture et leur histoire font partie des thèmes qui seront à l’ordre du jour de ce colloque. En 2011, le colloque privilégiera un autre sujet : la femme et l’émancipation de l’Amérique latine et des Caraïbes au XIXe siècle.

Cigare, cyclisme et photos sous-marines
Toujours du 22 au 26 février, les amateurs de cigare cubain se retrouveront pour le plus grand rassemblement international du genre, le Havanos festival, 12e édition. L’événement ressemble à une rencontre de connaisseurs avec dégustation et découverte des récoltes. Il revêt une tournure relativement historique avec l’observation des méthodes traditionnelles de production. C’est avant tout un truc de passionnés qui pour se mettre en bouche auront droit à un concert privé du maître Chucho Valdes.

D’autres réunions de passionnés sont prévues pour les amoureux du cyclisme et de la photographie sous-marine :
– le 35e tour cycliste de Cuba (Vuelta Ciclística a Cuba) du 10 au 22 février auquel participeront 14 équipes internationales : Vénézuela, Mexique, Belize, Canada, Martinique, etc. Les épreuves qui se dérouleront en 13 étapes devraient réunir plus de 150 athlètes ;
– le Fotosub Colony 2010, organisé notamment par le ministère du tourisme cubain. Il s’agit d’un concours international de photographies subaquatiques qui se déroulera du 15 au 20 février (entre Punta Francès et Los Indios, pour les habitués). Ce concours est réputé offrir aux participants un milieu hors du commun dépourvu de pollution et donc des conditions idéales pour les photographes participants. Il s’agira de photographies numériques à réaliser dans des catégories différentes (pêche, environnement, etc.) et au maximum à 30 mètres de profondeur, pour lesquelles 14 prix seront décernés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *