« L’Atlantique noir » de Nancy Cunard au Quai Branly

Le Musée du Quai Branly met à l’honneur Nancy Cunard, qui fut à la fois une pionnière, une activiste politique, une poète ou encore la muse qui inspira de nombreux artistes dans les années 30. Du 4 mars au 18 mai 2014, l’exposition L’Atlantique Noir offre une illustration de l’histoire des Noirs au début du 20e siècle. Elle s’appuie sur les thématiques mises en avant dans la publication collective sortie en 1934 : Negro Anthology.

L’Atlantique noir de Nancy Cunard
Conçue comme « une grande enquête documentaire », la publication aux 150 contributeurs engendre aujourd’hui une exposition qui propose tout d’abord de mieux entendre la démarche et la réflexion engagée de Nancy Cunard.

L’anthologie qui influence cette exposition est conçue comme « une véritable enquête documentaire », comme le souhaitait dès le départ la créatrice de la maison d’édition Hours Press. L’ouvrage porte sur les problématiques coloniales et raciales de l’époque, ce que l’exposition permettra de saisir. « Negro Anthology est structurée comme un collage-documentaire qui exprime la réalité des conditions noires dans les Amériques, en Afrique et en Europe ». Le livre dénonce et met en avant les positions des auteurs, des universitaires et intellectuels Africains-Américains, Antillais ou Malgaches et se concentre sur une approche historique et sociale émise par les contributeurs qui examinent les situations des pays dont ils sont issus. Le propos y est vaste et a décidé du parcours de l’exposition. Ainsi, on y retrouvera l’évocation des résistances des peuples de la Caraïbe comme dans Negro Anthology qui se compose par exemple « des articles sur les révoltes d’esclaves haïtiens et jamaïcains au 19e siècle ». Autre objet de l’exposition : faire part de la vision que portent sur les conjonctures coloniales les observateurs directement concernés : « les critiques des situations coloniales en Afrique, dans les Caraïbes et à Madagascar sont essentiellement émises par des auteurs originaires de ces régions. Leurs textes dénoncent l’exploitation économique de leurs terres par les Européens et les Américains, le travail forcé, la justice coloniale… D’autres revendiquent la propriété des terres de leurs ancêtres ».

Dans cette publication incontournable, l’histoire culturelle des Noirs des Antilles et d’Afrique et les créateurs qui la font tiennent une grande part. Photographies, textes, illustrations et partitions viennent enrichir un inventaire imposant mené à l’échelle de plusieurs continents. On y retrouve par exemple les musiques noires avec « des partitions musicales et des textes dédiés aux musiques populaires d’Afrique et des Amériques noires. La biguine martiniquaise, la musique créole de la Nouvelle-Orléans, les negro-spirituals, les chants populaires du Sierra Léone, de Jamaïque, de Noirs brésiliens… y sont présentés dans des essais et des partitions musicales ».

Notez que plusieurs événements se tiendront Autour de l’exposition, parmi lesquels, le jeudi 3 avril à 19 h, le salon de lecture de Jacques Kerchache sur « Les militants noirs des années 30 ».

Negro Anthology » (1931-1934)
Musée du Quai Branly – Mezzanine Est
Mardi 4 mars au dimanche 18 mai 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *