Saint-Laurent du Maroni en Guyane fête les cultures urbaines du 6 au 13 avril 2013

La ville de Saint-Laurent du Maroni va de nouveau faire la une de l’agenda culturel de la Guyane avec la 5e édition du Festival des cultures urbaines. La programmation prometteuse affiche non seulement une multitude d’ateliers qui raviront les plus jeunes, mais également des projections de films, des rencontres-débats et bien entendu des concerts dont celui de Sax machine 11 avril à 21 h au village chinois, puis celui d’Admiral T en clôture du festival, le samedi 13 avril à 22 h au stade B, qui ne manquera pas d’attirer les adeptes de la dancehall.

festival des cultures urbaines
festival des cultures urbaines

Comme chaque année, il y aura une grande vedette en Guyane : la culture hip-hop. Et comme chaque année, les interprètes micro en main, les graffeurs, les danseurs sur scène, les DJ aux platines ou encore les réalisateurs derrière leur caméra se sont donné rendez-vous dans l’ouest de la Guyane où la culture hip-hop s’est peut-être imposée avec plus de force qu’ailleurs sur le territoire. L’invitation a donc été lancée par les organisateurs qui veulent démontrer l’impact de ce mouvement : « réunis au sein d’un espace culturel pluriel, amateurs et professionnels (venus de Guyane, du Surinam, des Antilles, de métropole et même du Japon et des Etats-Unis), vont pendant 8 jours échanger, transmettre et nous montrer que ce mouvement populaire est une école de la vie ».

En dehors du programme qui va mobiliser le public en plusieurs lieux de la ville, l’accent sera mis sur participation de tous les intéressés aux nombreux ateliers ateliers gratuits mis en place : l’écriture rap, le graff, le cirque, les danses hip-hop, le BMX, etc. De quoi motiver un public divers qui de plus pourra côtoyer lors de ces ateliers les artistes et professionnels invités.

Cette année les soirées de concerts, battles de danse hip-hop, spectacles et projections verront se succéder sur scène et dans les espaces publics : Admiral T, Kenyon, Valley, Sax Machine, Kacem Wapalek, Tom’Saw, DJ adjectif, Dj 10Kord, Kalouf, DHK A Ni Mal, DHQ Marthe, les compagnies Wanted posse, Espace des sens, le Manguier et Latitude Cirque.

Un programme pour tous et pour tous les goûts
Le samedi 6 avril, dans le cadre de la « Block party » où s’enchaîneront démonstrations de free-style ball, de roller acrobatique, de danses hip-hop, le festival s’ouvrira sur un battle hip-hop coordonné par le collectif Akufen et animé par Kenyon (ECK). Les B-Boys, B-Girls et amateurs de danse hip-hop de Guyane et du Suriname seront présents pour s’affronter avec à la clé plus de 1000 euros à gagner.

Le lundi 8 avril, le cinéma le Toucan recevra le réalisateur Paul Florent qui présentera son documentaire Des favelas parisiennes aux banlieues brésiliennes. Les amateurs de Dance Hall ne manqueront pas la soirée Sa ka bay mardi 9 avril , avec son concours de Dancehall Queen/dancehall king. Ainsi que, les prestations de : DHK A Ni Mal, Tom’Saw (ECK) accompagné par DJ adjectif qui vient tout juste d’être sacré champion de France et le concert de Valley, un des artistes phare du dancehall antillais. Le mercredi 10 avril est réservé aux familles avec deux compagnies guyanaises : « Le manguier » et son spectacle de marionnettes Voyage au centre des couleurs pour les plus jeunes (à partir de 3ans). La compagnie « Latitude cirque » présentera sa dernière création Pieds nus sur la terre où se mêlent les univers du cirque et des arts de la rue…

Les curieux avides de découvertes pourront se mettre à table le jeudi 11 avril, au carbet à musique. Avec menu : en Apéro Mix un spécial « hip-hop old school », du bonheur pour les anciens et pour les plus jeunes, 2 heures de mix aux racines du genre… avec DJ 10Kord, EArl da pearl. En entrée, un concert de Kacem Wapalek, rappeur, slameur et beatmaker, qui se distingue par un univers riche et singulier. En plat de résistance, un concert live de Sax machine Feat Akin Yai venus réanimer le hip-hop. En dessert, un after mix avec les danseurs et les DJ’s du festival…

Vendredi 12 avril, les passionnés de danse seront ravis par la soirée « Transcendanses ». Kim ma sellu & Takéo Ishii de la compagnie Wanted posse nous proposent un duo hip-hop contemporain et Olivier Lefrançois de la « compagnie des sens » nous fera vivre sa dernière chorégraphie Qu’en sera-t-il d’hier ? Un solo dansé qui invite à une réflexion sur la culture hip-hop et son histoire depuis le début des années 80.

Pour clôturer le festival, samedi 13, après la prestation de jeunes artistes locaux, Kenyon, espoir du rap d’à peine 20 ans, partagera la scène du stade B avec Admiral T, la star guadeloupéenne qui fait sauter les foules avec son reggae-dancehall survitaminé, en concert live gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *