« Histoire et pouvoir en terres postcoloniales – L’expérience haïtienne » abordée lors d’un colloque international

« Mémoire, Histoire et Pouvoir en terres postcoloniales. L’expérience haïtienne », c’est sur ce thème que se tiendra à Paris les 24 et 25 avril 2014 un colloque international. Le Club de Réflexions des Universitaires Haïtiens de Paris est à l’origine de cet événement qui, dans le même temps, rendra hommage à l’anthropologue et historien Michel-Rolph Trouillot.

Pendant deux journées, mémoires des sociétés postesclavagistes et postcoloniales et pouvoirs dans les sociétés caribéennes seront l’objet des réflexions et débats qui réuniront de nombreux spécialistes. Chercheurs, sociologues, enseignants et historiens s’interrogeront et échangeront sur le rapport entre histoire et pouvoir d’abord dans la société haïtienne et de façon plus étendue dans celles de la Caraïbe. Présenté comme l’occasion de mieux cerner, à partir des questionnements relatifs à l’histoire et au pouvoir, les réalités des sociétés marquées par l’expérience coloniale-esclavagiste, ce colloque promet d’être riche en échanges de points de vues et en débats d’idées. « Il y a bel et bien un drame postcolonial lié à la question du pouvoir pris dans les rets de la colonialité. Et c’est là l’une des idées que l’on voudra discuter dans ce colloque. Il s’agira d’interroger ce qui serait le geste de fondation anthropologico-politique sur lequel ces sociétés seraient fondées en tant que société politique et « communauté politique imaginaire » (Bénédict Anderson)- tout en ayant en arrière-fond l’expérience d’indépendance haïtienne- afin de voir comment il serait possible de penser la déconstruction de la logique coloniale du pouvoir d’où le système-monde capitaliste puise sa dynamique pérenne. Ce qui permettrait du même coup de mieux comprendre les enjeux culturels, économiques, sociaux et politiques des revendications sociales et des dynamiques mémorielles dans les sociétés postesclavagistes », explique l’organisation.

Parmi les sujets qui seront abordés, on retiendra : « Politiques versus mémoires urbaines, l’exemple de Fort-de-France, Martinique », par Sandrine Hilderal-Jurad ; « Haïti : Aide internationale, ONG et colonisation » par Djems Olivier ; « Du vagabondage dans le contexte colonial et postcolonial haïtien : Invalidation sociale et devenir copropriétaire de l’État » par Francklin Benjamin ; « Luttes pour le pouvoir et interférence étrangère en République dominicaine » par Dr Luis Alfonso Escolano Gimenez ; « D’un conflit iconique en Haïti » par Carlo A. Celius ; « Pouvoir politique magico-religieux dans la société haïtienne » par Edelyn Dorismond ou encore « Révolution haïtienne et postcolonial studies » par Adler Camilus.

L’entrée est libre pour ce colloque international dont un programme détaillé est disponible.

Colloque international : Mémoire, Histoire et Pouvoir en terres postcoloniales. L’expérience haïtienne. Un hommage à Michel-Rolph Trouillot
Jeudi 24 et vendredi 25 avril 2014, de 9 h à 19 h
Salle B 106 et salle de la Coupole (Maison de l’étudiant)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *