« Impressions en Espaces Improbables », de Mirto Linguet, sollicite les regards du public guyanais

Impressions en Espaces Improbables © Photo Mirto Linguet
Impressions en Espaces Improbables © Photo Mirto Linguet

Dans le prolongement de son exposition photographique « Alchimie », présentée notamment en 2009 au Jardin botanique de Cayenne et en 2011 sur la place Saint-Sulpice à Paris, l’artiste et photographe guyanais Mirto Linguet recouvre aujourd’hui de ses « Impressions en Espaces Improbables » les panneaux publicitaires. Jusqu’au 25 mars, les regards sont appelés à se déployer sur des portraits et « des instantanés du réel qui conservent toutes leurs aspérités ».

« Impressions en Espaces Improbables », ce sont huit images qui cherchent à « susciter une réflexion en usant une fois de plus de l’étonnement et de la tension » qui ont envahi les paysages habituellement publicitaires sur un itinéraire reliant des sites entre la ville de Cayenne, Montabo, Montjoly et Matoury. Avec ce nouveau projet singulièrement contemporain et urbain, Mirto Linguet affiche et met en scène son regard artistique sur l’espace et sa réalité et nous incite également à nous y intéresser, à nous interroger enfin, à voir autrement le territoire auquel appartient notre œil.

Grand Santi 2011 © Photo Mirto Linguet
Grand Santi 2011 © Photo Mirto Linguet

Ce nouveau projet soutenu par la DAC Guyane transforme non seulement le décor citadin mais chambarde aussi l’appréciation cristallisée d’un panneau publicitaire pour, de façon inattendue, permettre à l’art de conquérir un périmètre qui au départ ne lui est pas consacré. L’artiste trouve dans le quotidien ce à quoi nous ne prêtons pas souvent attention et investit un espace auquel nous n’échappons que rarement pour nous révéler les éléments insaisissables jusque-là. On retrouve trois des portraits du projet « Alchimie » et d’autres interprétations du photographe : « … Se révèle l’image incongrue d’un container abandonnée semblant s’appesantir de son propre sort dans un paysage verdoyant, reposant sur lui-même comme suspendu dans le temps, sculpture improvisée des temps modernes. Un regard sur l’espace d’une société où toutes ces impressions ont pour point commun un territoire, sur lequel nos empreintes semblent vouloir résister au temps sous la forme d’une mémoire indélébile moins évidente ».

À travers les portraits et les impressions, Mirto Linguet affiche les aspects et les profils qui fondent son environnement temporel, sociologique et géographique. Après avoir travaillé pour des magazines de mode, des agences de publicité, participé en 2011 à l’exposition OMA (Outre-Mer Art) de la fondation Clément à l’Orangerie du sénat à Paris, il continue de porter son regard artistique, témoin du monde qui l’entoure, dans sa Guyane natale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *