Semaine du dessin à Paris : les artistes caribéens de la Maëlle Galerie à DDessin

Parmi les galeries présentes lors de la première édition du DDessin, qui se tiendra du 12 au 14 avril 2013, figurera la Maëlle galerie. Elle installera quatre artistes contemporains d’outre-mer.

L’événement s’inscrit dans le cadre de la semaine du dessin à Paris. Pour l’occasion, des artistes ouvriront la première édition du DDessin (anciennement Chic dessin). Ils exposeront sous les verrières de l’Atelier Richelieu pour placer cette manifestation « sous le signe de la (recon)naissance d’une génération nouvelle et dynamique, de haute tenue, accueillie par une structure pensée afin de favoriser le rapport libre et spontané aux œuvres présentées », selon l’organisation.

Les artistes de la Maëlle galerie
Les artistes de la Maëlle galerie

Parmi ces artistes : Ernest Breleur, Ronald Cyrille, Audry Liseron-Monfils et Shuck One, issus de la Caraïbe, plus précisément de Martinique, Guadeloupe, Guyane et suivis par Maëlle Galerie. Une nouvelle étape dans une l’implication de cette structure basée à Paris et qui marque ainsi son investissement dans une démarche tangible de soutien à la création artistique contemporaine. Outre la quinzaine de galeries qui créeront l’événement sous les verrières de l’Atelier Richelieu pour cette exposition, DDessin accueillera également des projets spécifiques comme le Corner illustrateurs, section inédite dédiée à des illustrateurs. Autre projet présenté par DDessin, la Black box – Comme les cinq doigts de la main« , où le dessin contemporain des plasticiens rencontre les moyens numériques et vidéos actuels.

Artistes de la Maëlle galerie
Les créations des quatre artistes prendront place au sein des 700 m2 de l’Atelier Richelieu, pour une exposition imaginée et conçue pour se situer dans la lignée des rencontres entre les artistes, leurs créations, le public et qui viennent enrichir l’agenda de la semaine du dessin. Comme pour le 22e salon du dessin qui s’installera une nouvelle fois au Palais Brongniart, place de la Bourse, ou pour le Drawing now Paris, salon du dessin contemporain, qui accueillera plus de 80 galeries au Carrousel du Louvre, Ddessin vise à faire porter le regard sur un art qui révèle régulièrement de nouveaux acteurs.

Cette année, les sensations seront donc en plus à l’Atelier Richelieu avec DDessin. Dans un environnement certes plus confidentiel, les artistes retenus pour cette inauguration feront montre de leur art, de leur impertinence et de leur style, comme ce sera le cas d’Ernest Breleur. « Figure majeure de l’art contemporain dans la Caraïbe et à l’international », l’artiste martiniquais a choisi, après 1992, la radiographie pour s’exprimer. S’appropriant ainsi un matériau qui « lui permet de fonder sa singularité d’artiste en interrogeant son lieu et les lieux du monde ». À ses côtés, on retrouvera Audry Liseron-Monfils, dont le dessin est l’une des composantes de ses installations constituées également «  »de « sculptures et d’objets, dans leur double vocation à interagir entre eux et avec l’espace, procèdent du désir de l’artiste de proposer une expérience, d’offrir une liberté de regard et de perception et d’instaurer une vigilance à l’égard de la réalité ».

Ronald Cyrille, jeune artiste guadeloupéen et lauréat du Prix Start pour les arts visuels en Guadeloupe, a d’abord choisi pour toile l’espace urbain où il s’exprime « avec humour » et dans « un langage très singulier ». Sa participation à Ddessin le confrontera à des artistes différents tels que Shuck One qui, comme lui, a commencé par s’exprimer sur l’espace urbain. Le premier « dépeint toujours son paysage mental. Fortement empreints de surréalisme, les personnages à qui il donne vie sont issus de l’expérience du rêve ou empruntés à l’univers créole. En convoquant le lieu, le temps, l’espace et la mémoire, l’artiste s’applique à un exercice de style : questionner l’imaginaire ». Le second, Shuck One, s’impose dans les années 80 comme l’un des protagonistes de l’univers du graffiti en France, connu d’abord comme le king of subway, avant de fonder Basalt (collectif de graffeurs parisiens), d’exposer, de multiplier les performances et enfin d’entrer dans les collections. Shuck One, dont l’exposition Trash color a marqué l’ouverture de la Maëlle galerie en 2012, sera l’un des artistes de DDessin avec son style qui interroge son environnement et son époque. Désormais tourné vers le format plus classique de la toile, Shuck One « ne reste pas moins en prise avec des préoccupations d’abord humaines et sociales. Tout en mettant l’individualité de l’artiste au centre de son geste artistique, son travail vise, au-delà de toute frontière, à l’émancipation sociale et culturelle de l’individu ».

Quatre artistes caribéens aux identités créatrices différentes, soutenus par la Maëlle Galerie, qui peuvent promettre de belles émotions au public d’amateurs et de connaisseurs qui sont attendus au 60, rue de Richelieu, dans le 2e arrondissement, à Paris. Tous s’associeront à cette première de Ddessin, une nouvelle porte ouverte sur la création actuelle pour cette manifestation, au terme de laquelle un prix récompensera l’un des participants.

DDessin 13 – Maëlle Galerie – sur le Stand A2
Vendredi 12 avril 2013, de 11 h à 19 h
Samedi 13 avril, 11 h à 20 h
Dimanche 14 avril, 11 h à 17 h

Informations pratiques :
Atelier Richelieu – 60, rue de Richelieu 75002 Paris
Métros : Bourse, Richelieu-Drouot, Palais-Royal-Musée du Louvre
Entrée : 7 euros (tarif réduit : 5 euros)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *