« Haïti, naissance d’une nation » : le livre de Carolyn Fick en débat le 9 décembre

Ce lundi 9 décembre, à 19 h, sera présenté le livre de Carolyn Fick, Haïti, naissance d’une nation. La Révolution haïtienne vue d’en bas, à la Maison de l’Amérique Latine à Paris. Un livre écrit il y a plus de 20 ans et désormais disponible en français.

Haïti, naissance d’une nation. La révolution de Saint-Domingue vue d’en bas, traduit de l’anglais par Frantz Voltaire, paru récemment aux éditions Les Perséides, donnera lieu à un débat animé par Stéfanie Schuller. La présentation du livre aura lieu en présence de l’auteur. Cette rencontre est proposée notamment par l’Association pour l’étude de la colonisation européenne présidée par l’historien Marcel Dorigny qui a préfacé le livre de Carolyn Fick, paru en 1990 sous le titre original : The Making of Haiti: The Saint Domingue Revolution from Below.

Haïti, naissance d’une nation. La révolution de Saint-Domingue vue d’en bas
Le 1er janvier 1804, Haïti proclame son indépendance et devient un État noir, libre et souverain, né d’une révolution qui venait de renverser l’esclavage et de briser les liens du colonialisme français à l’époque des grandes révolutions qui balayèrent l’espace atlantique à la fin du dix-huitième siècle. En menant cette Révolution, au nom de la liberté, les esclaves de Saint-Domingue, ancienne colonie française, ont remis en question les fondements des courants de la pensée occidentale de l’époque qui déniait aux Noirs leur humanité et leur capacité à prendre en main leur libération.

Dès 1791, dans le contexte de la Révolution française et ses répercussions dans la colonie — la plus riche et florissante de tout l’Atlantique — les esclaves tirèrent parti des bouleversements qui secouaient les classes possédantes, entraînant la dislocation des structures sociales et politiques de l’ancien régime colonial, et se révoltèrent en masse. En 1793, sous l’impulsion des insurrections des esclaves, et face aux menaces d’une occupation par les puissances étrangères, espagnole et britannique, contre lesquelles la France républicaine était en guerre, l’abolition de l’esclavage fut proclamée puis ratifiée par décret à la Convention Nationale le 4 février 1794. Mais le projet de restauration de l’esclavage et de la traite négrière, conçu et exécuté par Napoléon Bonaparte en 1802, au moyen d’une expédition militaire dirigée par son beau-frère le général Charles Leclerc, mènerait à une guerre totale pour l’indépendance nationale et l’égalité raciale.

La Révolution haïtienne est un événement à caractère caribéen tout autant que l’une des composantes de la Révolution française, voire de l’histoire de la civilisation moderne. Dans cette lutte à étapes multiples, les masses noires, pour la plupart illettrées, ont tenu un rôle de premier plan, voire déterminant. Les dirigeants proéminents, comme Toussaint Louverture et d’autres, sont déjà connus. Ce livre se propose d’écrire autrement l’histoire de la Révolution haïtienne. Il se veut une étude qui porte sur les activités révolutionnaires et les mentalités des individus, jusqu’alors inconnus et occultés par l’histoire, qui, à leur manière, ont contribué à l’émancipation et à la fondation de la Nation haïtienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *