La 9e édition du prix littéraire Fetkann est lancée

La neuvième édition du prix littéraire Fetkann – Mémoire des pays du sud, mémoire de l’humanité est lancée par le Cifordom (centre d’information, de la formation, de recherche et de développement pour les originaires de l’outre-mer). Les candidatures sont attendues jusqu’au 30 septembre 2012.

Le Cifordom a lancé l’édition 2012 :
Le prix littéraire Fetkann ! est ouvert à tous les citoyens du Monde quels que soient leur origine, leur âge et leur nationalité. Il distingue quatre catégories d’ouvrages récents (parution datant de moins d’un an) :
Prix Fetkann ! de la Mémoire, récompense un ouvrage de fiction ou un documentaire.
Prix Fetkann ! de la Jeunesse récompense une oeuvre de fiction ou un essai.
Prix Fetkann ! de la Poésie récompense un recueil de poèmes.
Prix Fetkann ! de la Recherche récompense un travail de recherche.

Les auteurs, édités ou non, mineurs ou majeurs, peuvent concourir dans la catégorie de leur choix, seul impératif : les oeuvres envoyées doivent mettre l’accent sur les principes républicains « Liberté, Égalité, Fraternité » et favoriser le travail de mémoire des pays du Sud et de l’Humanité tout entière.

Pour la troisième année consécutive, des collégiens participeront à la lecture des ouvrages reçus dans la catégorie Jeunesse. Cette collaboration est une expérience unique pour les élèves, comme le souligne, Olivier Catayée, principal du collège Gustave Courbet à Romainville en Seine-Saint-Denis en région parisienne : « La participation de nos collégiens – volontaires et lecteurs – comme membres du comité de lecture du Prix Littéraire Fetkann ! 2011, a permis de donner du sens aux apprentissages en les inscrivant dans une démarche concrète. Ce frottement des élèves à la pratique de la lecture critique et à l’expression argumentée de leurs avis a autant contribué à améliorer leur maîtrise de la langue qu’à permettre la découverte d’univers littéraires nouveaux. Ce projet, source de réussite et d’épanouissement, a suscité un réel enthousiasme auprès des élèves qui, avec impatience, attendent l’édition 2012. »

Focus Guillaume Hervieux, Prix Fetkann ! de la Recherche 2011
Il a été primé pour son ouvrage L’Ivresse de Noé, histoire d’une malédiction dans lequel il dévoile le fruit d’un travail de recherche minutieux sur l’histoire d’une malédiction vieille de plus de 2500 ans. Après le déluge, Noé, père de l’humanité, a maudit Canaan à cause de la faute commise par Cham ! Il est condamné, ainsi que sa descendance à être serviteurs des serviteurs, c’est-à-dire esclaves. Cham avait déjà été frappé d’un assombrissement de son âme pour avoir enfreint un interdit divin dans l’Arche de Noé. Et lorsqu’il récidive en commettant un acte déshonorant son père, celui-ci prononce le châtiment de l’esclavage non à son endroit mais à celui de Canaan.

Au fil du temps, cette malédiction fera l’objet de nombreuses interprétations au gré d’ambitions politiques et religieuses. Les manipulations pour l’essentiel auraient consisté à faire croire que les Noirs seraient les descendants de Canaan, qu’ils seraient « les maudits » destinés à l’esclavage. Or, preuve à l’appui, le chercheur Guillaume Hervieux démontre que Canaan n’était pas noir. Les Noirs seraient les descendants de son frère, Kush d’origine soudanaise. La fonction première du mythe biblique avait pour objectif de justifier la conquête de la Palestine (la Terre de Canaan) par les Hébreux il y a plus de 2500 ans.

De nos jours, des Français de confession juive sont l’objet d’actes antisémites et s’inquiètent pour leur avenir en France. Des originaires d’outre-mer français et des pays du Sud sont l’objet de perpétuelles discriminations. Des DFA (départements français d’Amérique) envisagent un changement statutaire (plus d’autonomie ou l’indépendance). Des questions se posent alors : comment déconstruire des schémas fatalistes selon lesquels une prétendue malédiction prédestinerait du sort des peuples noirs pour des temps indéfinis? Comment faire comprendre que par principe tous les êtres humains se valent, mais que ce sont les auteurs d’actes répréhensibles qui doivent rendre des comptes ? Comment expliquer qu’une couleur de peau ne peut préjuger de l’aptitude à commettre telle ou telle infraction ?

Informations pratiques
Envoi des ouvrages du 1er avril au 30 septembre 2012 par l’intermédiaire des éditeurs ou par les auteurs eux-mêmes. Nous invitons tout lecteur ayant connaissance d’un ouvrage pouvant participer au Prix de bien vouloir nous le signaler.

Contacts
Informations générales
José Pentoscrope, Président du Cifordom
Tél. 01 69 30 72 84 ou 06 80 26 87 84 / Email : cifordom@club-internet.fr

Informations candidats et éditeurs
Jeannette Siracus-Toure, Déléguée Générale
Tél. 06 61 50 67 62 / Email : jeannettesiracus@yahoo.fr

Attachée de presse
Marie Saint-Louis
Tél. 06 60 42 85 28 / Email : sl.marie@yahoo.fr

Porte-parole
Stéphane Pocrain
Tél. 01 69 30 72 84 / Email : cifordom@club-internet.fr

Coordinateur des jurys
Yves Letourneur
Tél. 06 07 36 25 40 / Email : yletourneur@free.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *