« Poétiques de résistance » à la Maison de la poésie de Paris, le 10 mai 2017

Sous le thème « Poétiques de résistance : chemins de mémoire et de traces. Paroles de femmes, paroles de résistantes », la Maison de la poésie propose une soirée de réflexion en présence de Christiane Taubira. Une soirée inscrite dans le cadre des commémorations de l’abolition de l’esclavage.

La Maison de la poésie accueillera une soirée de réflexion autour de livre de Christiane Taubira Nous habitons la Terre, le mercredi 10 mai 2017 à Paris. Outre la participation de l’auteure, cette rencontre verra la participation de la philosophe Marie-Josée Mondzain et de la danseuse et chorégraphe Bintou Dembélé. Marianne Matheus, Gabriel Tamalet, Sophie Bourel et Jean Michel Martial assureront la lecture des texte lors de la soirée proposée par l’Institut du Tout-Monde.

« Quand on comprend […] que la traite négrière et l’esclavage, moment d’extrême violence, sont aussi un moment de créativité inouïe, qui donne naissance au blues et au jazz ; qu’un peuple asservi, qui décide de faire peuple, sans l’être au départ – car ce sont des captifs, aux langues, aux cosmogonies différentes –, produit ces cultures, se forge une identité, une Histoire, un avenir… Quand on porte tout cela en soi, en conscience, en sérénité et en paix, on comprend qu’on appartient au monde et qu’il n’y a personne, – personne ! – à exclure. Sous aucun prétexte […] Mais se pose aussi la question de qui nous sommes, nous humains ? La réponse, pour moi, est dans la poésie, la littérature, la philosophie. ».

Nous habitons la Terre (éd. Philippe Rey, février 2017)
« Nous devons reprendre l’ouvrage. Nous, la Gauche. En renouant avec notre identité : refaire de la justice sociale la colonne vertébrale des politiques publiques ; ressaisir la question démocratique ; penser la culture ; retisser les liens de solidarité internationale avec les travailleurs, les déshérités, les femmes opprimées, les enfants exploités, les croyants et les incroyants persécutés, les victimes des traites, des guerres, des misères, des catastrophes.
Et assumer tout cela tête haute. » (Christiane Taubira)

Dans une langue éblouissante, Christiane Taubira s’indigne des inégalités et des violences qui règnent sur notre planète, s’attaque aux idées dangereuses des extrêmes, critique l’invocation permanente du concept de crise qui assoit la domination des puissants, identifie les règles de vie commune dans une société laïque, redonne leur sens aux mots si souvent dévoyés aujourd’hui, trace les axes d’un combat urgent.

Un livre lucide et engagé, un livre d’espoir porté par le souffle d’une citoyenne de la Terre qui ne peut vivre sans exaltation ni s’accommoder du monde tel qu’il lui est donné.

Nous habitons la Terre, Christiane Taubira
160 pages, 9 euros, (version numérique : 5,99 euros)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *