« Une enfance haïtienne », un ouvrage collectif paru aux éditions Gallimard

Vient de paraître aux éditions Gallimard Une enfance haïtienne, un ouvrage collectif dans lequel on retrouve des nouvelles et récits de plusieurs figures de la littérature haïtienne.

Au chapitre des nouveautés des éditions Gallimard, un ouvrage réunissant des textes autour de la thématique de l’enfance, signés de plusieurs auteurs haïtiens. Bonel Auguste, Syto Cavé, Louis-Philippe Dalembert, Yanick Lahens, Kermonde Lovely Fifi, Kettly Mars, Emmelie Prophète, Guy Régis Jr, Évelyne Trouillot et Gary Victor sont les écrivains qui signent ces récits parus le 16 mars 2017.

Dans le sillage d’Émile Ollivier (Mille eaux, 1999), la collection « Haute Enfance » fait entendre ici quelques voix contemporaines de la littérature haïtienne – nouvelles ou confirmées, rebelles ou apaisées, jamais résignées. Qu’ils remontent aux sources de leur histoire ou de leur imaginaire, ces dix écrivains caribéens nous content la force de la fratrie, une jeunesse en quête d’un avenir possible, le désamour d’une mère, l’absence d’un père, l’amour, la mer, la mort… Tout ne s’écrit-il pas depuis l’enfance ?

Une enfance haïtienne, textes recueillis par Guy Régis Jr
L’ouvrage rassemble par exemple les écrits de Bonel Auguste, romancier et poète qui dès ses premiers écrits (Fulgurances, Fas doub lanmó) se fait une place influente dans la littérature créole. Gary Victor, « plus grand romancier haïtien contemporain est bouleversant » selon un article paru récemment sur Les Inrocks, y signe également une nouvelle, ou encore Louis-Philippe Dalembert, dont deux parutions font l’actualité avec le roman Avant que les ombres s’effacent (éd. Sabine Wespieser) et le recueil de poésie En marche sur la terre (éd. Bruno Doucey).

Le panel d’auteurs se compose d’écrivains établis parmi lesquels Yanick Lahens, prix Femina 2014, mais aussi des plumes émergentes comme celle de Kermonde Lovely Fifi poète et comédienne – que Lyonnel Trouillot présente comme « une jeune fille qu’il faut protéger comme un patrimoine national, et qui a un nom qu’on croirait inventé… » – qui, dans Une enfance haïtienne, propose un récit titré « Ainsi danse le temps ».

Une enfance haïtienne, éditions Gallimard
160 pages
Version numérique, 9,49 euros
Version brochée, 13,50 euros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *