Rendez-vous pour « Chanté Nwel » à la Bellevilloise, à Paris le dimanche 16 décembre 2012

Chanté Nwel à la Bellevilloise
Chanté Nwel à la Bellevilloise

Parmi les rappels à ne pas oublier pour ce mois de décembre 2012, celui du Chanté Nwel de Géomuse qui, cette année, va joindre ses voix à celles de l’association Tous Créoles. L’invitation est lancée au plus grand nombre : venir Chanté Nwel lors du dernier événement Bal créole à la Bellevilloise, à Paris, le 16 décembre 2012.

Le Chanté Nwel, spécificité traditionnelle de la Martinique et de la Guadeloupe, réunit en cette période tous ses adeptes qui sans cesse évoquent les sorts de Michaud (qui veillait) et de Joseph (ce cher fidèle). Un rassemblement à connotation religieuse, au départ, qui non seulement a pris au fil du temps une dimension sociale et culturelle, mais que désormais l’on retrouve dans plusieurs grandes villes de l’Hexagone. L’implantation des communautés antillaises en régions a permis d’ancrer cet héritage dans des localités où aujourd’hui le rituel renaît et fédère un nouvel auditoire.

À Paris, c’est à la Bellevilloise qu’est fixé l’un des grands rendez-vous du genre. Pour l’occasion, petits et grands interprètes sont conviés, cantiques en main et voix affûtées, au Chanté Nwel, avec pour mission d’un jour de faire vivre cette expressive et conviviale tradition de Noël.

Des artistes qui ont fait leur la nécessité de transmettre et de diffuser les traditions martiniquaises et guadeloupéennes seront de la partie, comme souvent pour les événements de Géomuse. Ainsi, le Quintet dirigé par Gilbert Anastase, chanteur/percussionniste guadeloupéen, et Igo Drané, conteur venu pour une « Pawol kréyol délivrée en musique et en gestuelle. Tous deux officieront lors de cette unique soirée, entourés du public qui pour respecter la tradition se fera ensemble vocal. Les premiers cantiques seront entonnés à partir de 18 h, au 19 rue Boyer dans le 20e arrondissement.

Fitz Roy Williams au clavier, Jean Philippe Grivalliers et Felix Brena aux percussions, Mano Falla à la basse, Jean Courta à la guitare accompagneront interprètes et choristes. Mais, comme le veut la tradition, les autres musiciens (et leurs instruments) seront bienvenus, comme le laissent entendre les organisateurs qui encouragent également « les invités surprises » à se joindre au Chanté Nwel. » Ils accéderont gratuitement à l’événement s’ils se présentent « l’instrument sous le bras », le passeport de la soirée.

En famille, entre amis, avec les voisins, rendez-vous est donné à la Bellevilloise, afin d’entonner ensemble les cantiques et les airs qui annoncent Noël. Enfin, juste un conseil supplémentaire de l’organisation : « réserver le repas auprès de Tous Créoles ! »

Bal Créole pour Chanté Nwel
Bellevilloise : 19 rue Boyer, Paris 20e
18 n à minuit
Tarifs : 6 euros/enfant, 12 euros/adulte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *