Festival international de jazz de Port-au-Prince, 14e !

La version 2020 du PaPjazz Festival, entendez le Festival international de jazz de Port-au-Prince, s’annonce très fournie avec un panel d’artistes d’horizons, de styles et de générations très diversifiés qui se partageront les scènes durant huit jours à compter du samedi 18 janvier. Port-au-Prince reçoit tout un monde de la musique jazz avec, cette année encore, une part belle faite aux artistes caribéens, pour un rendez-vous qui conforte la vision que l’on a du pays comme une place forte de la musique au sein de la Caraïbe et qui sait faire entendre sa différence. Le PaPjazz, avec cette 14e édition, donnera le tempo et devrait attirer tous les regards et aussi un public toujours très intéressé.

Démarrer l’année en beauté avec la 14e édition du PaPjazz
Après une 13e édition inoubliable, le PaPjazz revient du 18 au 25 janvier 2020 pour 8 jours de fête, une quarantaine de concerts en majorité gratuits et une dizaine d’ateliers sans oublier les After Hours très appréciés des festivaliers. Une affiche exceptionnelle qui mettra en avant, comme chaque année, l’éclectisme de ce grand événement musical grâce à la participation de 15 territoires (Allemagne, Belgique, Canada, Cuba, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Guadeloupe, Israël, Martinique, Haïti, Pays-Bas, République Dominicaine, Suisse et Taiwan). Le Canada, pays à l’honneur de cette édition, profitera du PaPjazz pour faire la promotion de sa destination et sera représenté par Ranee Lee, talentueuse chanteuse de jazz et récipiendaire d’un Juno Awards.

Photo, Josué Azor

Des artistes d’Haïti et du monde entier seront au rendez-vous avec des têtes d’affiche telles que l’incontournable Dee Dee Bridgewater, récipiendaire de trois Grammy Awards, le légendaire groupe a cappella américain Take 6, récipiendaire de 10 Grammy, Dawn Tyler Watson, une chanteuse de blues canadienne qui va sans aucun doute mettre l’ambiance, la germano-libérienne Pat Appleton et son jazz résolument moderne, la jeune saxophoniste de smooth jazz américaine Jazmin Ghent ou encore le saxophoniste guadeloupéen Jacques Schwarz-Bart accompagné de l’haïtienne-américaine Elizabeth Charles. Le festival de cette année est placé sous le signe des créations et des retours, avec notamment Yilian Canizares chanteuse cubano-suisse qui présentera son nouveau projet Erzulie d’inspiration haïtienne et sera accompagnée de Paul Beaubrun, ou encore Mario Canonge : notre pianiste martiniquais préféré jouera en compagnie d’Annick Tangorra, Ralph Thamar, et Michel Alibo, BélO présentera son nouvel album, James Germain invitera la chanteuse Malou Beauvoir et la trompettiste canadienne Rachel Therrien et nous découvrirons aussi le projet Azuei, un mouvement musical haïtien-dominicain, sans oublier une première participation d’un ensemble musical de Taiwan, « l’Ensemble Yu », et le grand représentant de la musique Rasin, Eddy François et Boukan Ginen. En termes de créations, le PaPjazz accueille le projet « Encuentro » qui réunit Réginald Policard et le Cubain Alejandro Falcon, le duo de piano exceptionnel avec Mushy Widmaier et Mike Del Ferro des Pays-Bas, le projet « HAITIZRAEL » qui unit sur scène l’Israélien Yogev Shetrit (lui aussi de retour) et des musiciens haïtiens et enfin le projet « Haiti Gospel Jazz » orchestré par Gérald Kebreau, avec les voix des talentueuses chanteuses évangéliques Wiliadel Denervil et Taliana Lindor.

La relève de l’industrie musicale haïtienne sera représentée par Jazz and Family, Hans Berry, la jeune Slooze, Sarah Jane Rameaux avec son nouvel album, Danola, la révélation de l’année pour Ticket magazine, et Richecard Ciné de Jacmel ainsi que les musiciens participants à la scène Découverte.

Le budget de dépenses de l’édition 2020 est à la baisse, grâce en grande partie à l’acquisition d’équipements de sonorisation rendue possible à travers un financement de l’ambassade de Suisse et de USAID. Le projet, débuté en 2019, a pour objectif de réduire les dépenses de location récurrentes qui impactent lourdement les budgets. Les équipements sont mutualisés à travers 4 autres festivals à but non lucratifs (rencontres des musiques du monde, festival 4 chemins, festival Mizik St Marc, et Festival Aquin Solidarité) qui, en contrepartie, rémunèrent les techniciens.

En outre, le secteur culture du bureau de l’Unesco, en partenariat avec le Bureau de l’UNFPA, célèbre la culture des afro-descendants à travers l’héritage que représente pour ces derniers, le jazz, devenu patrimoine culturel immatériel de l’humanité. À cet effet, le 24 janvier 2020, journée où sera célébrée à travers le monde l’afro-descendance, le PaPjazz sera l’occasion par excellence pour souligner cette année, les 5 ans de la décennie afro-descendante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *