Théâtres d’Outre-Mer en Avignon : les compagnies de Martinique, Guadeloupe, Guyane au programme jusqu’au 31 juillet 2011

Les sauveurs
Les sauveurs © TOMA 2011

La programmation des TOMA (Théâtres d’Outre-Mer en Avignon 2011), créés lors du festival d’Avignon de 1998, poursuit son œuvre en faveur de la création d’outre-mer. Parmi les spectacles proposés cette année, des pièces et adaptations de Martinique, Guadeloupe et Guyane. Les créations des outre-mers sont a retrouver à la Chapelle du Verbe Incarné.

Depuis la mise en place de ce projet voulu et développé par Greg Germain et Marie-Pierre Bousquet, l’objectif est d’inclure « les créateurs d’outre-mer dans le concert culturel national. L’enjeu est de permettre que l’identité culturelle soit reconnue comme un élément de la richesse culturelle de la France d’aujourd’hui, et non comme un motif d’exclusion explicite ou implicite. L’autre enjeu est de susciter chez les populations ultra-marines des Dom et de France un nouvel esprit d’appartenance et donc tout naturellement de citoyenneté active« .

Cette année, on retrouve des acteurs et des auteurs du paysage théâtral antillais ou guyanais, parmi lesquels Ruddy Sylaire, Gaël Octavia, Christian Charles-Denis,  Dominik Bernard, Joël Jernidier, Caroline Savard, Grégory Alexander, Anita Ragga-Maria, Roland Zeliam, etc.

Congre et Homard
Congre et Homard © TOMA 2011

Congre et Homard, de Gaël Octavia, mise en scène Dominik Bernard – Textes en Paroles, Guadeloupe
Dans un restaurant désert, un dialogue courtois puis aiguisé entre un homme d’âge mûr, pêcheur de métier, et un autre plus jeune, chômeur, respectivement mari et amant d’une même femme. Dans ce huis clos haletant, les deux hommes s’affrontent dans un face-à-face infernal, au-dessus duquel plane l’ombre de l’épouse infidèle. Pour aborder la question du mariage, de l’amour et de l’infidélité, Gaël Octavia s’est inspiré d’une histoire racontée par un pêcheur de Catalogne : le pacte ambigu conclu entre congres et homards à l’encontre des poulpes dont ils sont le prédateur et la proie. Abordant les rapports traditionnels du couple dans la culture antillaise, Congre et Homard propose, à travers une mise en scène moderne, un regard contemporain sur le théâtre guadeloupéen….

Les sauveurs, de Ricardo Prieto, mise en scène Ruddy Sylaire – Wabuza Cie, de la Martinique
Les sauveurs commence par la confrontation entre le père d’une famille dans le besoin, la famille Florès, et un homme visiblement très riche prêt à payer « n’importe quel prix pour lui louer une chambre. La surenchère, l’abondance des besoins, les relations d’inégalité posent la subtile question du rapport à l’argent… Une autre façon de dire que quand le dernier arbre aura été abattu, quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été pêché, alors on saura que l’argent ne se mange pas« .

Lucy
Lucy © TOMA 2011

Lucy, d’après Lucy comme les chiens de Catherine Rey, adaptation et mise en scène Valérie Goma – Théâtre de la Ruche, Guyane
Il était une fois, au bout d’un bidonville du vingt-et-unième siècle, une cabane sinistre où vivaient une femme et sa fille. La vie était précaire et la femme n’avait guère d’autres ressources que ses charmes, pourtant bien entamés. L’enfant était née abîmée. Ses handicaps avaient valu à la mère une allocation du gouvernement et elles subsistèrent ainsi, avec les extras de la mère, entre le bidonville et la forêt. Un jour, peu avant que la fillette eût atteint ses quatorze ans, le facteur apporta une lettre. L' »allocation Enfant Handicapé » allait être supprimée.

Théâtres d’Outre-Mer en Avignon 2011, jusqu’au 31 juillet 2011
12 h 10 – Congre et Homard
13 h 45 – Les sauveurs
15 h 30 – Lucy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *